Espace Femmes

Haiti-Genre : Les femmes, entre épanouissement dans le vodou et préjugés dans la société


mardi 2 octobre 2018

P-au-P, 02 oct. 2018 [AlterPresse]--- Même si elles jouissent d’une grande liberté et se placent sur un même pied d’égalité avec les hommes dans le vodou, les femmes pratiquantes, vues de l’extérieur, rament toutefois sur les carcans des préjugés,.

Si les femmes n’ont pas à se préoccuper de l’égalité des sexes dans le vodou haïtien, les stéréotypes les poursuivent dans ce choix qui provoque des regards en coin de la grande majorité en Haiti. Cependant, les jugements que portent les autres acteurs semblent se limiter à une compréhension superficielle du vodou et du rôle spirituel de la femme dans la culture vodou.

« Nous les femmes vodouisantes, notre liberté provient de notre vision du monde et de dieu. Notre rapport avec les hommes réside dans la complémentarité. Là où ils sont faibles, nous les renforçons, et vice-versa. », explique Mambo Euvonie Georges Auguste à l’émission Espas Fanm Magazin, diffusée chaque jeudi (7:00, 11:00, 15:00, 19:00, 23:00) sur la station AlterRadio 106.1 FM. 

« Dans le vodou haïtien, il y a des rôles que seuls les hommes avaient l’habitude de jouer. Aujourd’hui, les femmes s’affirment et assurent une partie de ces attributions. A présent, par exemple, ce sont les femmes qui conçoivent les tambours. Elles coupent le bois, qu’elles préparent suivant un rituel, pour finalement le transformer en tambours. », raconte la mambo Carole Demesmin, une des plus grandes chanteuses haïtiennes.

Autre exemple, la “Manman Ouyò”, rôle dans lequel la femme se met dans la peau d’une mère attentionnée et conseillère pour tous ceux et celles qui viennent la consulter en cas de coup de cafards de la vie quotidienne.

Pourtant, en dehors des cercles du vodou, elles sont confrontées à des commentaires peu louables, alors qu’elles font face dans une plus grande proportion à des difficultés d’accès à la formation académique et à la précarité.

Avec l’arrêté du 4 avril 2003, le vodou a été reconnu comme religion. Ce qui lui confère une légitimité étatique, sans l’affranchir des regards en coin et accusateurs posés sur ses pratiquants.

Dans ce contexte, la Confédération nationale des vodouisants haïtiens a noté dans ses projets, une école de vodou visant à transmettre les principes et les valeurs du vodou aux jeunes Haïtiens. [dj, jf gp 25/09/2018 18 :20]