Dépêches

Haïti-Santé : Un ensemble d’activités annoncées pour marquer la journée mondiale de la contraception


samedi 22 septembre 2018

P-au-P, 22 sept. 2018 [AlterPresse]--- Un ensemble d’activités sont prévues pour marquer la journée mondiale de la contraception, le mercredi 26 septembre 2018, indiquent plusieurs organisations, lors d’une conférence de presse, ce vendredi 21 septembre, à laquelle a assisté AlterPresse.

Une foire de santé axée sur le planning familial sera organisée le 26 septembre 2018, à Port-au-Prince, annonce le Dr Gianni Decastro, directeur exécutif de l’association pour la Promotion de la famille haïtienne (Profamil).

Des services seront offerts gratuitement au public à l’occasion de la journée, en vue de sensibiliser sur l’importance de l’utilisation des méthodes de planning familial et de ses impacts sur la vie d’une personne, d’une famille et de la communauté, fait-il savoir.

Des échanges auront lieu, du 21 au 26 septembre, sur les problèmes concernant le planning familial, les différentes méthodes disponibles ainsi que la perception de la population vis-à-vis du sujet.

Des cliniques mobiles seront disponibles pour offrir des services à la population vivant dans les milieux ruraux en ce qui concerne le planning familial.

Ces activités seront organisées par le Fonds des Nations unies pour la population (Unfpa) en collaboration avec le Ministère de la santé publique et de la population, le collectif Droits en santé sexuelle et reproductive (Dssr) et le Profamil.

La journée mondiale de la contraception sera commémorée cette année sous le thème : « Réduction des grossesses non désirée dans le monde ».

« Notre objectif c’est d’avoir 0 grossesse non désirée », souhaite Rachelle Mian Djangone, représentante adjointe de l’Unfpa.

Elle renouvelle l’engagement de l’Unfpa d’appuyer l’État haïtien et les organisations locales dans l’accompagnement des familles, particulièrement, les filles et femmes en âge de procréer.

Haïti a le taux le plus élevé de cas de mortalité maternelle que tout autre pays des Caraïbes, soit « 529 décès sur 100,000 naissances, rappelle-t-elle, citant l’Enquête sur la mortalité, morbidité et utilisation des services (Emmus-VI) 2016-2017.

Près de 4% de femmes en Haïti en âge de procréer ont procédé à des avortements. Ce qui fait qu’environ 10 mille femmes au cours de la vie ont déjà avorté. Plus de 30% de ces cas se sont soldés par des complications, poursuit-elle.

En Haïti, il existe encore un grand déficit en matière d’utilisation des méthodes contraceptives.

À 15-19 ans, plus de la moitié des jeunes filles en union (51 %) ont déjà au moins un enfant contre 12 % parmi l’ensemble des femmes. À 20-24 ans, 26 % des femmes en union ont déjà deux enfants et 8 % en ont 3, d’après l’Emmus VI. [mj emb apr 21/09/2018 17 :20]