Perspectives

Haïti-Politique : Céant doit produire des réponses concrètes à des attentes immédiates, dixit Jerry Tardieu


samedi 15 septembre 2018

P-au-P, 14 sept. 2018 [AlterPresse] --- Le député Jerry Tardieu appelle le premier ministre nommé Jean Henry Céant - dont le vote de ratification de sa déclaration de politique générale se tient, ce weekend, au parlement - à mesurer l’ampleur des défis qui l’attendent.

Céant aura à faire face à des attentes immédiates et à produire des réponses concrètes aux besoins de la population, souligne le parlementaire.

Tardieu intervenait à l’émission TiChèzBa, animée par Gotson Pierre, et prévue pour être diffusée les samedis 15 et dimanche 16 septembre 2018 sur la station AlterRadio 106.1 FM et alterradio.org (samedi : 7:00 am, 3:00 pm ; dimanche : 7:00 am, 1:00 pm, 5:00 pm).

Il augure des lendemains très difficiles, en regard du contexte de crise socio-économique actuelle, où le taux d’inflation risque d’atteindre plus de 15 %.

Il évoque la misère et la vie chère qui affectent différentes couches sociales.

La composition du gouvernement, un problème

Le député Tardieu fustige la composition du gouvernement, qui, à part 6 ministres reconduits, regroupe des personnalités proches du Parti haïtien tèt kale (Phtk) au pouvoir.

Cette démarche peut-elle aider les citoyennes et citoyens à avoir confiance dans la capacité de ce gouvernement à s’élever au-dessus de tous les partis et rassembler les Haïtiens, à un an des joutes électorales d’octobre 2019 ?, se demande-t-il.

Jack Guy Lafontant, le prédécesseur de Céant, a été contraint de remettre sa démission, suite à des émeutes enregistrées les 6, 7 et 8 juillet 2018, contre une tentative de hausse des prix des produits pétroliers.

Les secteurs de la vie nationale souhaitaient que ce gouvernement s’inscrive dans un cadre de responsabilité partagée, avance Tardieu.

Il y a un vent de contestations contre toutes celles et tous ceux qui représentent l’Etat au niveau du législatif, du judiciaire et de l’exécutif, constate-t-il.

Il appelle les autorités à prendre conscience de la crise socio-économique actuelle, tout en faisant preuve d’humilité et du sens de l’écoute.

Le défi d’une politique de rassemblement

Le parlementaire dénonce également la collusion entre l’exécutif et le pouvoir législatif, qu’il assimile à « un amalgame malsain ».

Il condamne les pressions exercées sur Céant par des parlementaires, qui avaient exigé la reconduction du ministre démissionnaire de la planification, Aviol Fleurant.

Le nouveau premier ministre aurait même menacé verbalement de démissionner, lors d’une réunion tenue, le dimanche 9 septembre 2018, à la résidence du président Jovenel Moïse, selon certains médias.

Le conseiller spécial de Céant, Me Camille Leblanc avait démenti l’information qu’il qualifie de rumeur.

Quelle capacité aura Céant pour mettre en œuvre une politique de rassemblement, un Conseil électoral libre et indépendant, trouver de l’argent afin d’organiser des élections et corriger les dérives du pouvoir en place ?, s’interroge Tardieu.

Il exhorte tous les acteurs politiques à faire plus d’attention en vue d’éviter une éventuelle crise électorale à l’échéance d’octobre 2019. [emb apr 14/09/2018 17 :50]