Dépêches

Haïti-Politique : Jean Henry Céant n’est pas au bout de ses peines


mardi 11 septembre 2018

P-au-P, 10 sept. 2018 [AlterPresse] --- Le processus de ratification de l’énoncé de la déclaration de politique générale du premier ministre nommé, Jean Henry Céant, est toujours dans l’impasse, plus d’un mois après sa nomination, le 5 août 2018.

Osner Richard, nommé ministre de l’environnement, a été exclu du cabinet ministériel de Céant pour double nationalité.

Il est convoqué, ce mercredi 12 septembre 2018, au Parquet, par le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Ocnam Clamé Daméus, pour venir s’expliquer à ce propos.

Sous pressions de parlementaires, qui exigeraient la reconduction du ministre démissionnaire de la planification, Aviol Fleurant, le nouveau premier ministre aurait menacé verbalement de démissionner, lors d’une réunion tenue, le dimanche 9 septembre 2018, à la résidence du président Jovenel Moïse, selon certains médias.

Joint au téléphone par la station AlterRadio, le conseiller spécial de Céant, Me Camille Leblanc, a assimilé l’information liée à la démission du premier ministre nommé à une rumeur.

Dans un tweet, Céant a demandé à la population d’être vigilante pendant cette saison cyclonique, tout en annonçant la publication prochaine de mesures appropriées à prendre, à travers des avis successifs.

Par ailleurs, le député Jean Marcel Lumérant, dans une interview accordée à AlterRadio, a estimé que l’arrêté présidentiel, nommant les ministres du nouveau gouvernement, constitue un acte de provocation du chef de l’Etat à l’égard du parlement haïtien.

« Parmi les ministres nommés, il y en a trois que la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif haïtien reprochait de ne pas avoir de décharge. Pourtant, le président Jovenel Moise vient de les reconduire dans ce nouveau cabinet ministériel », critique-t-il.

L’attitude du chef de l’Etat montre clairement qu’il est en train de piétiner la Constitution haïtienne, s’insurge-t-il.

Clarens Renois, dirigeant du parti Union nationale pour l’intégrité et la réconciliation (Unir), espère que le nouveau gouvernement saura répondre aux différentes revendications populaires.

Pour sa part, la plateforme des syndicats d’enseignantes et enseignants d’Haïti désapprouve la reconduction du ministre démissionnaire de l’éducation, Pierre Josué Agénor Cadet.

Elle annonce de nouvelles dispositions en vue d’intensifier le mouvement revendicatif pour la réforme du système éducatif haïtien.

Georges Wilbert Franck, secrétaire général de l’Union nationale des normaliens (nes) et éducateurs (trices) d’Haïti (UnnoeH), projette des rassemblements, au niveau des différentes communes du pays, à partir de cette semaine, pour dénoncer la mauvaise gestion du ministère de l’éducation. [dj emb apr 10/09/2018 11:00]