Perspectives

Haïti/PetroCaribe : Les promesses de la Cscca semblent loin d’avoir des effets sur la mobilisation #PetroCaribeChallenge


vendredi 7 septembre 2018

P-au-P, 06 sept. 2018 [AlterPresse] —Déjà plus de trois semaines, depuis que les Haïtiennes et Haïtiens sont vent debout pour exiger de la transparence dans le dossier de la dilapidation des fonds PetroCaribe.

Malgré l’annonce de la publication du rapport d’audit, en janvier 2019, par la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (Cscca), la mobilisation continue, observe l’agence en ligne AlterPresse.

Ils n’en démordent pas, les militantes et militants.

Le dossier Petrocaribe, qu’ils agitent, fait tache d’huile dans l’actualité depuis maintenant plus de trois semaines, alors que plus d’un pensaient qu’il s’agissait d’un effet de mode, comme c’est coutume sur les réseaux sociaux.

Telle une trainée de poudre, le combat contre la corruption s’est répandu, partout où vivent des Haïtiennes et Haïtiens.

De leur côté, les Haïtiennes et Haïtiens de l’étranger en profitent pour demander des comptes sur l’utilisation des prélèvements sur les transferts et les appels vers Haiti, qui devaient servir pour l’éducation.

A New York, particulièrement sur le Eastern Parkway, où se déroulait le traditionnel carnaval Laborday, l’ancien président Joseph Michel Martelly a fait l’expérience du #Petrocaribechallenge à plusieurs moments, durant le parcours. Des militantes et militants, dont le rappeur haïtien Valckensy Dessin, plus connu sous le nom de K-libr, se sont massés autour de son char, pancartes en mains, pour faire passer leurs revendications.

Rappelons que l’administration de Michel Martelly, notamment certains de ses fonctionnaires, sont épinglés dans les deux rapports produits par le sénat sur le dossier PetroCaribe.

Dans une note de clarification, publiée le jeudi 6 septembre 2018, l’ex-président Michel Martelly était contraint de présenter ses excuses aux propriétaires des hôtels Marriott, Best Western et NH El Rancho, pour avoir tenu des propos "désinvoltes" en rapport à la dilapidation du fonds petrocaribe.

En janvier 2018, lors d’une prestation de son groupe Sweet Micky à Henfrasa, l’ancien chef d’Etat avait déclaré avoir investi l’argent "volé" des fonds petrocaribe dans ces institutions.

Dans le contexte du #PetroCaribeChallenge, ces déclarations, jugées légères, sinon tendancieuses, ont suscité des remous. Les trois institutions se sont empressées d’apporter des démentis formels à cette déclaration, vieille de huit mois, tout en exigeant des excuses publiques de l’ancien président, redevenu simple musicien.

Le rapport d’audit sur les fonds PetroCaribe sera soumis au parlement haïtien en janvier 2019. La Cscca en a fait l’annonce, le mardi 4 septembre 2018, lors d’une conférence de presse.

Cette déclaration, dans la perspective de l’avocat-militant, Michel André, serait une manœuvre politicienne, pour modérer la mobilisation citoyenne.

Pour l’ancien candidat au sénat en 2016, Michel André, cette annonce est une "communication politique", qui pourrait fragiliser la Cscca, sur laquelle tous les yeux sont rivés en ce qui a trait aux explications sur le gaspillage des fonds PetroCaribe.

Parallèlement, les citoyennes et citoyens, dans différentes villes du pays, gardent allumé le flambeau de la mobilisation .

Les vendredi 7, samedi 8 et dimanche 9 septembre 2018 sont les dates retenues pour des marches pacifiques à Port-au-Prince, à Léogane (Ouest), à Aquin (Sud), Hinche (Plateau central) et à Port-de-Paix (Nord-Ouest), alors que, le samedi 15 septembre 2018, en face du consulat haïtien à Miami (Etats-Unis d’Amérique), la diaspora continuera d’exiger une réponse à la question générique du mouvement Kote Kòb PetroCaribe a ?. [jf gp 06/09/2018 18:05]