Développement durable

Santé : Vives préoccupations de l’ex-ministre de la santé, Anne Marie Josette Bijou, face à l’ampleur des cas d’hypertension en Haïti


mardi 28 août 2018

P-au-P, 27 août 2018 [AlterPresse] --- L’ancienne ministre de la santé, docteure Anne Marie Josette Bijou, se dit très préoccupée par rapport à l’ampleur des cas d’hypertension en Haïti, suivant les chiffres de la dernière enquête mortalité, morbidité et utilisation des services (Emmus-VI).

Cette maladie atteint désormais toutes les couches sociales et devient, de plus en plus présente dans les couches les plus vulnérables, compte tenu de la mauvaise alimentation de la population, alerte-t-elle, dans une interview accordée à AlterRadio.

Elle exhorte les autorités à faire de la lutte contre l’hypertension une priorité sanitaire.

« Il ne suffit pas uniquement de dire aux gens de ne pas consommer trop de sel ou de prendre d’autres précautions contre l’hypertension, il faut également avoir les moyens de cette politique », estime-t-elle.

Une personne hypertendue doit quotidiennement prendre des médicaments pour stabiliser la maladie afin d’éviter un Accident vasculaire cérébral (Avc), en plus d’avoir un régime alimentaire équilibré, conseille-t-elle.

Or 58% des personnes qui n’ont pas été voir un médecin affirment qu’elles n’ont pas les moyens économiques pour le faire, fait remarquer Bijou, citant les chiffres de l’Emmus-VI.

Le “pate kòde”, mets que l’on retrouve principalement dans la cuisine de rue et qui est très consommé, particulièrement dans la matinée, représentent, en regard des conditions de sa cuisson dans la rue, un poison, prévient-elle.

Ce n’est pas le mets populaire qui est en cause, mais l’huile de mauvaise qualité et réutilisée à moult reprise pour préparer le “pate kòde”, nuance Dr Bijoux. « Le principe de graisse qui n’est pas contrôlé dans la préparation du “pate kòde” de rue fait de cette friandise un poison pour notre organisme », explique-t-elle.

« Plus on est jeune, plus le risque de mortalité découlant d’un Avc est élevé, contrairement à un sexagénaire », fait-elle savoir, indiquant que les jeunes sont beaucoup plus fragiles aux accidents cérébraux vasculaires.

L’ancienne ministre de la santé dénonce l’irresponsabilité de l’État par rapport à des publicités qui incitent à la consommation du Cube de cuisine, très nocifs pour la santé. [mj emb vs apr 27/08/2018 16 :46]