Développement durable

Haïti : Pénurie d’eau potable


lundi 21 mars 2005

P-au-P., 21 mars 2005 [AlterPresse] --- Les besoins en eau potable sont de plus en plus pressants en Haïti, et les faiblesses en infrastructure empêchent l’augmentation de la distribution d’eau potable dans le pays, a révélé l’Organisation Panaméricaine de la Santé/Organisation Mondiale de la Santé (OPS-OMS), à l’occasion de la journée internationale de l’eau potable, ce 21 mars, célébrée sous le thème « l’eau source de vie ».

Lors d’une conférence de presse, le directeur général de l’OPS/OMS, Lee Jong-Wook a déclaré que « la plupart des gens qui ont accès à une eau propre et potable, qu’ils boivent ou utilisent pour faire la cuisine ou prendre un bain, trouvent cela normal alors même qu’un milliard d’habitants de la planète n’ont guère d’autre choix que d’utiliser de l’eau provenant de sources potentiellement insalubres ».

Adam Pierre, consultant système d’information Eau et Assainissement de l’OPS/OMS, a fait savoir que l’évolution de la population haïtienne est en inadéquation avec l’alimentation en eau potable dont elle bénéficie.

« Le taux de dessert en 1993, pour une population de 4,079,619 habitants en milieu rural, était de 46 %, soit 1,876,625 personnes desservies, alors qu’en 2003, pour une population de 4,274,083 habitants, le taux de dessert touchait les 51.6 % », selon les propos de M. Pierre.

En milieu urbain, le constat parait presque identique pour la même période. « En 1993, en milieu urbain, le taux de dessert frôlait les 48 %, pour 2,294,786 habitants, alors qu’en dix ans, pour 3,204,965 personnes, il n’a atteint que 53 % » a poursuivi Adam Pierre, ce qui traduit le faible investissement consenti dans ce secteur.

Pierre a déploré la détérioration constatée dans le domaine de l’eau potable et a encouragé les responsables à faire bonne gestion de cette ressource. Il a préconisé une intervention rapide de l’Etat dans les différents bassins versants du pays afin d’augmenter le taux de dessert dans le pays.

Pour sa part, Hérold Joseph du ministère de l’éducation nationale a relaté l’importance de l’eau pour l’amélioration de l’environnement scolaire, et pour l’éducation des enfants. Il a dit déplorer le fait que selon les derniers rapports du ministère de l’éducation nationale, seulement 29% des écoles sont pourvues d’eau potable sur les 15,682 fonctionnant dans le pays. Il a rappelé que l’eau est indispensable à l’éducation.

« L’eau peut donner la vie, tout comme elle peut détruire la vie selon l’usage qu’on en fait », a déclaré le représentant du ministère de la santé publique, Dr Molière Pamphile. Il a évoqué en ce sens les méfaits du passage de l’ouragan Jeanne dans le pays, et les conséquences qui en découlent. Il a exhorté la population à utiliser les ressources hydriques de manière rationnelle afin qu’elles soient considérées comme source de vie.

Après le passage du cyclone Jeanne aux Gonaïves, Nord d’Haïti, en septembre dernier, on avait dénombré des milliers de morts et disparus. La population locale est aujourd’hui encore sous le choc des malheurs causés par cette catastrophe naturelle. [gp fl apr 21/03/2005 23:00]