Développement durable

Haïti-Histoire : Des secteurs socio-politiques appellent à une reconnaissance du 14 août 1791, début du mouvement de révolte contre l’esclavage


jeudi 16 août 2018

P-au-P, 16 août 2018 [AlterPresse] --- Une reconnaissance effective des dates marquantes de l’histoire de peuple d’Haïti, comme celle du 14 août 1791, quand les esclaves ont initié le mouvement révolutionnaire contre le système d’esclavage, s’avère nécessaire pour s’orienter vers le chemin du bien-être collectif, soulignent des secteurs socio-politiques, selon les informations rassemblées par l’agence en ligne AlterPresse.

A l’occasion du 227e anniversaire, le 14 août 2018, de la cérémonie du Bois Caïman, conduite, dans la nuit du 14 août 1791, par Dutty Boukman, sur l’habitation dénommée Lenormand de Mézy (Cap-Haïtien, Nord d’Haïti), ils exigent de l’État le respect de cette date et l’organisation de cérémonies officielles y relatives.

L’État haïtien refuse de reconnaître le 14 août 1791 comme une date historique, relève Samy Jean, coordonnateur adjoint de l’organisation Vodou Pafoye fanmi zansèt.

Le 14 août 1791 marque le premier déclenchement d’une conscientisation collective des esclaves de Saint Domingue pour dire non à l’esclavage et à toute forme d’exclusion.

Suite à l’appel, lancé par plusieurs organisations, pour se souvenir de la date du 14 août 1791, plusieurs personnes se sont rendues, le mardi 14 août 2018, au Champ de Mars (principale place publique dans la capitale, Port-au-Prince) au pied des statues de personnages historiques, notamment Jean-Jacques Dessalines (qui a proclamé l’indépendance d’Haïti le 1er janvier 1804) et Nèg mawon pour leur rendre un hommage mérité.

Elles en ont profité pour allumer des bougies et tracer un dessin symbolique (vèvè) sur le sol, dans une optique d’invocation.

Cette initiative viserait à restituer toutes les dates historiques, dans une perspective de reconquête de l’identité de l’être haïtien.

Luder Providance, membre du Kolektif òganizasyon etidyan pwogresis ayisyen (Koepa) invite la population haïtienne à questionner son passé historique glorieux par rapport à la situation présente.

Ce retour, aux images fortes dans le passé, devrait susciter une prise de conscience des citoyennes et citoyens sur l’état de délabrement actuel d’Haïti, espère l’Organisation Koepa. [fb emb rc apr 16/08/2018 12:22]