Perspectives

Haïti-Politique : Vague de réactions partagées, après la nomination du nouveau premier ministre


vendredi 10 août 2018

P-au-P, 9 août 2018 [AlterPresse] --- Les points de vue de plusieurs secteurs et personnalités de la vie nationale sont partagés par rapport à la nomination, par le président Jovenel Moïse, du nouveau premier ministre, Jean Henry Céant.

Le premier ministre désigné, Jean Henry Céant ferait mieux de marquer la différence par rapport au pouvoir en place s’il veut rester longtemps à son poste, met en garde le coordonnateur de l’Orientation démocratique pour Haïti (Odep-Haïti), lors d’une conférence de presse, le mercredi 8 août 2018.

L’Odep-Haïti appelle à un compromis historique qui débouchera, selon elle, sur une cohabitation politique qui peut aider à sauver Haiti.

Pour sa part, le coordonnateur du mouvement patriotique populaire haïtien dessalinien (Mopod), l’agronome Jean André Victor, continue de plaider en faveur de l’organisation d’une conférence nationale souveraine pour sortir le pays de l’impasse.

La plateforme politique dénommée Secteur démocratique et populaire qui exigeait le départ du pouvoir en place après les dernières émeutes, a rejeté la désignation de Céant qui ne va rien changer à la crise sociopolitique que traverse le pays, selon elle.

L’ancien candidat à la présidence de la plateforme Pitit Dessalines, Jean-Charles Moïse abonde dans le même sens.

De son côté, le sénateur du département des Nippes, Nènèl Cassy, l’un des parlementaires de l’opposition, estime que Céant a choisi un moment inopportun pour servir son pays.

Un simple changement de gouvernement ne changera pas la situation, croit le député élu sous la bannière de Fanmi Lavalas, Printemps Bélizaire, appelant à la démission du président Jovenel Moïse.

Les premières réactions au niveau du parlement n’ont pas été hostiles vis-à-vis du choix du premier ministre pour remplacer le docteur Jack Guy Lafontant, contrairement à celles qui en ont suivi.

Lafontant a démissionné le samedi 14 juillet, à la tête de la primature, suite aux émeutes des 6, 7 et 8 juillet 2018, contre l’augmentation des prix des produits pétroliers sur le marché national.

Pour l’ancien président du Sénat, Youri Latortue, « La désignation du notaire Jean Henry Céant comme premier ministre est un pas positif » parce que ce dernier, selon lui, est un « rassembleur ».

Le groupe des 16 députés de la minorité d’opposition a affirmé qu’il va voter un programme pouvant répondre aux exigences de l’heure, mais non pas une personne, lors de la séance de ratification.

Tout en prenant acte de la nomination de Me Céant à la Primature, Abel Descollines l’invite à démontrer, sans démagogie, ce qu’il peut offrir au pays.

L’ancien candidat à la présidence Eric Jean-Baptiste assimile la nomination de Me Céant au poste de premier ministre à un choix responsable.

Le dirigeant du parti Union nationale pour l’intégrité et la réconciliation (Unir), Clarens Renois souhaite que Jean Henry Céant soit à la hauteur des défis, dans ce contexte sociopolitique « difficile et compliqué ».

L’ex-premier ministre Evans Paul, membre fondateur du parti Konvansyon Inite Demokratik (Kid) souligne le bien-fondé de la désignation de Céant, dans une note en date du 5 août.

Il appelle au sentiment patriotique, au sens du compromis et de dépassement des différents secteurs de la vie nationale, afin d’accueillir favorablement, dit-il, ce choix.

Le notaire Céant a affirmé, dans un tweet, mesurer toute la dimension de la tâche et des défis qui l’attendent après sa nomination.

Le nouveau premier ministre présenté officiellement, le mardi 7 août, au palais présidentiel, est invité à déposer ses pièces à la chambre basse, en vue de la ratification ou non de sa politique générale et de son gouvernement.

La séance de ratification doit se tenir dans chacune des deux chambres au parlement, suivant la Constitution haïtienne. [emb gp apr 07/08/2018 11:40]