Perspectives

Diplomatie : L’ambassadrice française Elizabeth Beton Delègue, convaincue du développement futur d’Haïti


lundi 16 juillet 2018

P-au-P, le 16 juillet 2018 [AlterPresse] --- Haïti pourra trouver sa voie de développement lorsque certaines conditions seront réunies, dont l’unité au sein de la société haïtienne, estime l’Ambassadrice française en Haïti, Elizabeth Beton Delègue, arrivée en fin de mission dans la république caribéenne.

« Je pars avec la conviction qu’Haïti a les ressorts de trouver sa voie vers un développement qui lui est propre (et) qui profite à tous », a affirmé l’ambassadrice Delègue, dans son discours, le vendredi 13 juillet 2018, à la cérémonie de commémoration de la fête nationale française (14 juillet), tenue dans un hotel de Pétionville (périphérie est).

Cet aboutissement est conditionné par l’ « unité », qui doit primer sur la division, et l’intérêt général doit passer avant sur les intérêts particuliers, a, en substance, ajouté la diplomate, en présence de nombreuses personnalités haïtiennes et étrangères des milieux politiques, économiques, culturels et artistiques.

L’ambassadrice de la France en Haïti a, à la fois, relevé la beauté et la fragilité du pays.

« Haïti est un pays bouleversant dans tous les sens du terme (…) », a-t-elle dit.

Mais elle a également souligné l’« immense fragilité » du pays, la « précarité extrême », « l’énergie de la jeunesse » bloquée continuellement et « le manque de perspectives qui lui sont offertes ».

D’autre part, l’ambassadrice française a jeté un regard critique sur les pratiques des acteurs internationaux en Haïti.

Haïti « met à nu nos propres défaillances et contradictions, à nous, pays aidants, déconstruit nos grilles de lecture, interroge nos pratiques et nous assène une leçon d’humilité », reconnaît Delègue.

Fragile stabilité

Pour l’ambassadrice Delègue, Haïti est retournée sur la voie de la stabilité institutionnelle. Néanmoins, celle-ci est entachée d’événements, comme ceux des vendredi 6 et samedi 7 juillet 2018, « un déchainement de violences sans précédent, qui a choqué, meurtri, détruit et causé de lourds dommages à l’économie, mais aussi à l’emploi, ce bien rare en Haïti »

« Ce qui s’est passé, le weekend dernier, est grave. Il est important que les enseignements en soient tirés, avec sang-froid, raison et sens des responsabilités, pour éviter qu’une autre étincelle n’allume un autre incendie », a souhaité l’ambassadrice française.

Le diplomate européenne a relevé que la stabilité passe non seulement par des élections, mais aussi par la protection des biens et des personnes, sans exclusive et sans privilèges, le bon fonctionnement des institutions et un processus permanent qui participe à la construction de la confiance.

Pour Élizabeth Beton Delègue, ce serait une erreur de croire que le développement d’Haïti nécessiterait de « renverser la table », ou « qu’Haïti n’est pas faite pour la démocratie, au nom d’une spécificité génétique qui lui serait propre (…) ».

L’ambassadrice Delègue se prépare à partir, au bout de 3 ans de mission en Haïti, où elle a été nommée le 15 janvier 2015.

Présent en la circonstance, le titulaire sortant du Ministère haïtien des affaires étrangères (Mae), Antonio Rodrigue, a invité la France à poursuivre sa contribution au renforcement du fonds vert pour le climat. [srh gp apr 16/07/2018 13:00]