Développement durable

Haïti-Environnement : Le Rnddh et le Redha alertent sur une épidémie de maladies cutanées à Garde Sévère (Artibonite)


samedi 16 juin 2018

P-au-P, 15 juin 2018 [AlterPresse] --- Le Réseau national de défense des droits humains (Rnddh) et le Réseau de droits humains de l’Artibonite (Redha) alertent sur une épidémie de maladies cutanées à Garde Sévère, petite localité de Bas-de-Sault, troisième section de Saint-Michel de l’Attalaye (Artibonite).

¨Cette épidémie de maladies cutanées ravage la population de Garde Sévère¨, relève un rapport d’enquête du Rnddh et du Redha, dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

Ce fléau, qui touche davantage les femmes et les enfants, se manifeste par des cas de grattèle, d’éruptions cutanées, de démangeaisons et d’infections vaginales.

Au cours de l’année 2018, cette épidémie a atteint un niveau effroyable et sans précédent.

Près de 60% des filles de la communauté souffrent de problèmes dermatologiques alors que 75 % des femmes enceintes souffrent d’infection vaginale due à l’utilisation, sans traitement préalable, de l’eau des rivières de Garde Sévère.

C’est ce qu’a fait savoir le directeur médical du Centre de santé de Saint-Michel de l’Attalaye lors d’un entretien avec le Rnddh, dans le cadre d’une enquête conduite du 29 mai au 12 juin 2018.

La localité de Garde Sévère avait déjà été confrontée à cette situation dévastatrice.

En 2008, une épidémie de maladies cutanées, due au déversement dans les rivières des déchets toxiques issus des guildiveries, frappait les enfants de Garde Sévère.

Suite à cet événement, le Conseil municipal, composé à l’époque de Michelle Lisette Casimir, maire principale, Luckner Phanord et Mécérite Jean, maires adjoints, a adopté un arrêté communal pour protéger l’environnement.

Certains propriétaires et responsables de guildiveries ont refusé de se conformer à l’arrêté communal qui les obligeait de faire fouiller des puisards pour déverser les déchets de leurs activités et leur Interdire de jeter les déchets dans les rivières, au bord des routes ou dans des espaces vides.

En 2015, Eric Dorsainvil, juge de paix titulaire du Tribunal de paix de Saint-Michel de l’Attalaye, a procédé à l’arrestation de plusieurs d’entre eux.

Des recherches sur l’insalubrité des rivières de la localité ont été menées en 2017, à partir d’un échantillon d’eau provenant de sept (7) sources des rivières de Garde-Sévère, a rapporté l’Organisation non gouvernementale Action contre la faim (Acf),

« L’eau des sept (7) sources en question est contaminée et la conductivité de l’eau est amalgamée. Elle renferme de grosses molécules de calcium, de magnésium et de nitrate d’ammonium. », a expliqué un responsable de Acf.

Le Rnddh et le Redha exhortent les autorités étatiques concernées à diligenter une enquête en vue de déterminer les causes et conséquences de cette épidémie qui dure à Garde-Sévère depuis trop d’années.

Ils exigent la mise en application de l’arrêté communal du 16 octobre 2009, dont l’objectif est de protéger l’environnement.

Cet arrêt interdit formellement aux responsables et propriétaires de guildiveries de jeter les déchets dans les rivières, au bord des routes ou dans des espaces vides, ainsi que les coupes d’arbres fruitiers, entre autres. [dj emb vs apr 15/06/2018 12:55]