Développement durable

Santé : La fistule obstétricale, un problème réel en Haïti, selon la Shog


jeudi 24 mai 2018

P-au-P, 23 mai 2018 [AlterPresse] --- La fistule obstétricale représente un problème réel en Haïti, souligne le vice-président de la Société haïtienne d’obstétrique et de gynécologie (Shog), le docteur Batch Jean-Jumeau, à l’occasion de la journée internationale pour l’élimination de la fistule obstétricale, le mercredi 23 mai 2018.

Dr Jean Jumeau encourage l’établissement d’un programme de dépistage et de traitement de la fistule, axé sur la formation, afin qu’il y ait, dit-il, suffisamment de compétences capables, d’une part, de diagnostiquer et d’autre part, d’effectuer la prise en charge des patientes.

Un programme a été mis en œuvre par le Ministère de la santé publique et de la population (Mspp), le Fonds des Nations unies pour la population (Unfpa) et la Shog, en vue de chercher, identifier et documenter des cas de fistule pour constituer une base de données, pouvant servir de guide pour prendre des décisions.

Jusqu’à présent, nous ne disposons pas de statistiques précises concernant la fistule en Haïti, car moins de 50% de femmes accouchent à l’hôpital, regrette-t-il.

Le vice-président de la Shog déplore un manque d’accès des femmes aux soins de santé et à une couverture sanitaire.

Quatre à cinq personnes sont capables de réparer les fistules à Port-au-Prince, sans compter les médecins étrangers qui réalisent ce type d’intervention en Haiti, fait-il savoir.

Jean-Jumeau reconnaît qu’il n’est pas facile pour une femme de déclarer une fistule, cette « maladie de la honte » qui affecte son estime de soi.

5 à 10% des cas de fistule sont affectés par une infertilité, indique-t-il.

99 % des fistules dans le monde proviennent des pays en développement, avec des facteurs en commun comme l’analphabétisme, la malnutrition, le manque d’éducation et d’accès aux soins de santé, l’inégalité entre hommes et femmes, et des grossesses précoces, ajoute-t-il.

On reconnait la fistule chez la femme lorsqu’elle souffre d’une incontinence permanente, après un accouchement ou bien une intervention gynécologique.

Il arrive même que des matières fécales mêlées avec de l’urine passent à travers le vagin de la femme atteinte.

Une complication de l’accouchement et d’une intervention chirurgicale d’ordre gynécologique ou obstétrical est à la base de cette complication.

Le taux de mortalité maternelle en Haïti est de 359 décès pour 100,000 naissances vivantes, dont environ 15% des suites de complications liées à l´accouchement, selon les dernières données officielles de l’Enquête mortalité, morbidité et utilisation des services (Emmus).

Suite à une assemblée générale de l’Onu, le 5 mars 2013, le 23 mai a été proclamé journée internationale pour l’élimination de la fistule obstétricale, afin d’intensifier considérablement les mesures visant à éradiquer ce fléau.

Chaque année à travers le monde, on compte 50 mille à 100 mille nouveaux cas de fistule obstétricale, selon l’Organisation mondiale de la santé (Oms). [emb vs apr 23/5/2018 16 :45]