Dépêches

Haïti-Social : Manifestation annoncée pour le 18 mai, contre le pouvoir en place


lundi 14 mai 2018

P-au-P, 14 mai 2018 [AlterPresse] --- Des organisations sociales et étudiantes annoncent, pour le 18 mai, une manifestation contre le pouvoir en place, à l’occasion de la fête du drapeau et de l’Université, le vendredi 18 mai 2018.

« Nous allons manifester pour faire obstacle à l’éventuelle augmentation des prix du carburant », déclare Domini Resin, membre de la coordination du Mouvement 22 janvier (M22), lors d’une conférence de presse, ce lundi 14 mai, et à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

La manifestation entend dénoncer les différents problèmes qui rongent la société haïtienne tels que : l’extrême pauvreté, la question du salaire minimum, la corruption et l’insécurité, entre autres.

Une hausse des prix des produits pétroliers a été annoncée pour le mois de juin 2018 par le ministre de l’économie et des finances, Jean Roudy Aly.

Cette décision est le résultat d’un accord entre les dirigeants irresponsables du pays et le Fonds monétaire international (Fmi), en vue de plonger encore plus la population haïtienne dans la pauvreté, fustige-t-il.

« Combattre la corruption, c’est combattre le pouvoir en place », lâche Domini Resin.

Les organisateurs envisagent aussi de se mobiliser en faveur de la réforme au sein de l’Université d’État d’Haïti (Ueh).

Ils dénoncent la décision prise par les dirigeants de l’Ueh, d’expulser 19 étudiants qui, disent-ils, réclamaient de meilleures conditions d’études.

Un étudiant de la faculté d’Ethnologie, Roobens Lavéus, membre du Collectif des étudiants progressistes haïtiens (en créole Koepa) exige la réintégration de ces étudiants.

Plus d’une quinzaine d’étudiants, dont douze de la Faculté des sciences humaines (Fasch), ont été expulsés pour leur implication présumée dans le sabotage des bâtiments du rectorat, de la direction des études post graduées et autres exactions qui leur sont reprochées.

Plusieurs mouvements de protestations étudiantes ont eu lieu pour exiger la réintégration de leurs camarades expulsés de l’Ueh par le Conseil de l’Université.

Lors d’un mouvement étudiant à la Faculté d’Ethnologie (Fe), la voiture du doyen de l’institution Jean Yves Blot a heurté l’étudiant Jean John Rock Gourgueder.

Cet incident avait paralysé depuis le mois de juin 2017 les activités académiques dans cet établissement.

La manifestation annoncée pour le 18 mai doit débuter devant les locaux de l’École normale supérieure (Ens), puis devra se diriger vers le Rectorat de l’Ueh et à la Faculté des sciences humaines (Fasch). [fb emb gp apr 14/05/2018 15 :50]