Dépêches

Haïti-Remaniement ministériel : Manœuvre politique pour certains, geste à applaudir pour d’autres


mercredi 25 avril 2018

P-au-P, 25 avril 2018 [AlterPresse] --- Le remaniement ministériel effectué dans la nuit du 23 au 24 avril par l’exécutif est diversement interprété dans les milieux politiques et sociaux, suivant les réactions recueillies par l’agence en ligne AlterPresse.

Ces changements constituent une manœuvre politique du pouvoir en place et ses alliés pour s’enrichir davantage, critique le Mouvement patriotique de l’opposition démocratique (Mopod).

Cinq nouveaux ministres nommés ont été investis, le mardi 24 avril 2018, dans leur fonction.

Venant d’un pouvoir qui n’a aucune vision de la gestion rationnelle des ressources publiques, ce remaniement ministériel ne donnera aucun résultat, affirme le secrétaire général du Mopod, Jean Serge Louis, interviewé par l’agence en ligne AlterPresse.

Le Mopod dénonce la propagande du pouvoir en faveur de ces changements, au moment où plusieurs milliers de jeunes laissent le pays en quête d’un mieux-être ailleurs.

Il appelle à poursuivre le combat contre ce régime qui repose, selon lui, sur le mensonge.

Il minimise les différentes déclarations du président Jovenel Moïse en faveur de la lutte contre la corruption alors que des soupçons à ce sujet planent sur lui et son entourage.

Le président du bloc majoritaire à la chambre des députés, Jean Wilson Hyppolite, salue les changements effectués au sein du gouvernement.

Il espère que ce remaniement opéré, dit-il, sans aucune interférence politique, sera fructueux pour la population.

Des associations paysannes veulent des résultats concrets

Après ces changements, des associations paysannes disent attendre des résultats concrets et viables pour la population, plus particulièrement, pour le secteur agricole, un des moteurs de l’économie nationale.

Clédor Blanc du mouvement Tèt kole ti peyizan évoque quelques défis auxquels devrait faire face le nouveau ministre de l’agriculture, Joubert Angrand.

Parmi ces défis, figurent, entre autres, la distribution de bonnes semences non importées et bien traitées et la protection du sol contre l’érosion.

Pour sa part, Clauzel Cinéaste de la Koperativ agrikol plantè kafe Baradè (kapbab) (Baradères, Nippes, Sud-ouest) exhorte le ministre de l’agriculture à prendre des dispositions visant à accompagner les paysannes et paysans dans la préparation du sol et des plantules.

Des agronomes empochent l’argent de l’État sans faire le travail pour lequel ils sont payés, critique-t-il.

Des terres appartenant à l’État doivent être distribuées aux paysans afin qu’ils puissent augmenter la productivité, dans le but de réduire le niveau des importations, souhaite-t-il.

La même opération doit, selon lui, être mise en oeuvre en ce qui concerne les grands propriétaires absentéistes qui possèdent des terres cultivables, pense Clauzel Cinéaste, plaidant pour la mise en place de banques de crédit agricole. [fb emb gp apr 25/04/2018 11 :05]