A travers Haiti

Haïti-R.D. : Vers une reprise des activités à la frontière Anse-à-Pitres/Pedernales


mercredi 11 avril 2018

Anse-à-Pitres (Haïti), 11 avril 2018 [AlterPresse] --- Des autorités haïtiennes et dominicaines entament des discussions en vue d’une éventuelle reprise, des activités au niveau du point frontalier Anse-à-Pitres/Pedernales (Sud-Est).

Les activités à la frontière ont été paralysées depuis l’assassinat d’un couple dominicain Julio Reyes Pérez et Neida Féliz Urbáez, le 12 mars 2018.

Une rencontre, prévue pour le jeudi 12 avril 2018, devrait permettre de trouver un accord pour la reprise des échanges commerciaux et la résolution de multiples problèmes, auxquels font face les usagères et usagers de ce point frontalier.

Une réunion a été tenue le lundi 9 avril 2018 entre les autorités de l’Ile à ce sujet.

Cette information a été communiquée par la plateforme Groupe d’appui aux rapatriés et réfugiés (Garr), dans une note en date du 10 avril 2018.

Ont pris part à cette rencontre, entres autres, le maire d’Anse-à-Pitres, Harry Brunot, le délégué de ville Lionic Antoine, le juge de paix de la commune, Permission Benjamin, des représentants de la douane, du commissariat et de l’Institut du Bien-être social et de recherches (Ibesr).

Du côté dominicain, un représentant de la mairie de Pedernales, le directeur de la douane de cette province et un ancien consul dominicain, accrédité à Anse-à-Pitres, y ont été présents.

Le lundi 9 avril 2018, des marchandes et marchands haïtiens ont étalé leurs marchandises sur la place publique d’Anse-à-Pitres.

Sur le territoire dominicain, le marché frontalier, fréquenté en majeure partie par des ressortissantes et ressortissants haïtiens, n’a pas fonctionné, en raison de la fermeture de la frontière Anse-à-Pitres/Pedernales.

Des Haïtiennes et Haïtiens ont été contraints de fuir Pedernales, suite à des représailles perpétrées contre eux par des Dominicains, après la mort du couple dominicain dans cette province.

La plateforme Garr a souhaité des éclaircissements sur ces violences contre les ressortissantes haïtiens à Pedernales.

La plateforme Garr a invité les autorités haïtiennes à prendre leurs responsabilités et à s’entendre avec leurs homologues dominicains pour clarifier ce qui s’est passé dans la zone et sanctionner les coupables. [bd emb apr 11/04/2018 11 : 25]