Perspectives

La quête de Gérald Mathurin : L’unité des secteurs progressistes pour sortir Haïti de son impasse

Un militantisme exemplaire, selon des dirigeants paysans et un responsable de l’OPL
samedi 10 mars 2018

P-au-P, 9 mars 2018 [AlterPresse] --- L’ingénieur-agronome Gérald Mathurin, décédé le samedi 3 mars 2018, à l’âge de 64 ans, prônait l’unité pour sortir le pays de l’impasse dans laquelle il se trouve, rappelle le fondateur du Mouvement des paysans de Papaye (Mpp), Chavannes Jean-Baptiste.

Le dirigeant de la Coordination régionale des organisations du Sud-Est (Cros) a beaucoup travaillé pour contribuer à la recherche de l’unité au niveau du secteur paysan et de la gauche haïtienne, fait-il savoir.

Jean-Baptiste intervenait à l’émission TiChèzBa, animée par le journaliste Gotson Pierre, et prévue pour être diffusée les samedi 10 et dimanche 11 mars 2018 sur la station en ligne AlterRadio (samedi : 7 :00 am, 3:00 pm ; dimanche : 7 :00 am, 1:00 pm, 5 :00 pm).

Le militant luttait également en vue du ralliement de tous les secteurs, surtout progressistes, pour changer la situation du pays.

Il avait comme ambition de créer une force politique dans le Sud-Est qui unirait toutes les organisations politiques régionales, avec pour but d’aborder et de résoudre les problèmes du département.

Après le terrible tremblement de terre du 12 janvier 2010, son rôle a été important dans la mise en œuvre d’une plateforme de plaidoyer sur la question du logement et de la terre, appelée ensuite « Je nan Je », une plateforme d’organisations du mouvement social haïtien.

Mathurin était considéré comme un homme « honnête, intègre » et un leader capable d’aider la population à faire face aux forces anti-changement.

« C’est une grande perte pour le secteur progressiste en Haïti », exprime le leader paysan.

L’horizon de Gérald Mathurin : la satisfaction des revendications populaires

Les revendications des masses populaires servaient de boussole à Gérald Mathurin, rappelle le coordonnateur régional de l’Organisation du peuple en lutte (Opl) pour le Sud-Est, Jean Dider Deslorges.

Le dirigeant de Cros faisait preuve d’un grand souci d’humanité pour servir tout individu sans tenir compte d’aucune différence, ajoute-t-il.

Le Sud-Est est sous le choc, rapporte-t-il, annonçant des veillées patriotiques dans diverses communes du département.

Un souffle nouveau

Le départ de Mathurin constitue « une perte difficile et alarmante », affirme, pour sa part, le responsable à l’organisation et à la formation au sein de Cros, Meres Jean Charles.

L’ingénieur-agronome a insufflé un souffle nouveau à Cros, en lui apportant une dimension idéologique et organisationnelle plus poussée.

Le leader a permis aux paysans d’avoir la capacité d’aborder, entre autres, les problématiques paysannes, grâce à une méthodologie basée sur l’éducation populaire, soutient-il.

En plus d’être une force de pressions pouvant contribuer à la concrétisation des revendications populaire, Cros constitue un grand mouvement social influençant les décisions politiques dans le département.

Les funérailles de l’ancien ministre de l’agriculture de 1996 à 1997, sous la présidence de René Préval seront organisées, le dimanche 11 mars à Jacmel (Sud-Est), après une cérémonie d’hommage prévue la veille à Port-au-Prince. [emb gp apr 09/03/2018 16 :35]

Texte : Emmanuel Marino Bruno
Vidéo : Gotson Pierre