Dépêches

Le Boddh appelle à punir les employés d’Oxfam coupables d’exploitation sexuelle en Haïti


vendredi 23 février 2018

P-au-P, 23 févr. 2018 [AlterPresse] --- Le Bureau des organisations de défense des droits humains (Boddh) exhorte les autorités judiciaires à punir les employés d’Oxfam auteurs d’exploitation et d’abus sexuels sur des femmes haïtiennes.

« La dignité humaine n’a pas de prix ; les prédateurs de ces filles doivent être punis », souhaite le Boddh, dans une note de presse en date du jeudi 22 février 2018, dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

Il appelle l’État haïtien et le gouvernement britannique à condamner les prédateurs sexuels concernés et réparer les torts causés aux jeunes filles, aux mineures et aux femmes victimes.

Il condamne les pratiques sexuelles déshumanisantes » d’employés d’Oxfam d’Angleterre sur des jeunes filles haïtiennes, lors d’une mission en Haïti, suite au séisme du 12 janvier 2010.

Le Boddh se dit stupéfié par les pratiques de services de prostitution de jeunes filles et d’orgies avec l’argent de l’aide internationale dans lesquelles seraient soupçonnés d’implication des responsables d’Oxfam en Haïti.

Ces actes résultant de l’abus de la vulnérabilité économique et psychologique des personnes frappées par le séisme du 12 janvier 2010 sont « odieux, avilissants et déshumanisants » et constituent des atteintes graves à la dignité humaine et des
crimes transnationaux, fustige-t-il.

Le Ministère de la planification et de la coopération externe (Mpce) a décidé d’annuler provisoirement l’autorisation de fonctionnement octroyée à l’Organisation non gouvernementale (Ong) Oxfam Grande Bretagne pour ces actes. [emb gp apr 23/02/2018 12 :30]