Développement durable

Droits humains : L’Unfpa solidaire des victimes d’abus sexuels commis par des employés d’Oxfam en Haïti


mardi 20 février 2018

P-au-P. 20 févr. 2018 [AlterPresse] --- La représentante en Haïti du Fonds des Nations unies pour la population en Haïti (Unfpa), Marielle Sander, se dit solidaire des personnes victimes d’abus sexuels de la part des employés de l’Organisation non gouvernementale (Ong) Oxfam Britannique en Haïti.

Sander a fait cette déclaration, dans une interview donnée à l’agence en ligne AlterPresse, en marge d’un atelier, qui se déroule du 19 au 23 février 2018, sur le renforcement de capacités en matière de normes humanitaires et préparation aux urgences.

« Toutes les victimes, quelles qu’elles soient, de ce genre de situation méritent notre empathie et notre support », exprime Sander, qui réagissait au scandale d’abus sexuels sur des jeunes filles, dans lequel seraient impliqués des employés d’Oxfam.

Elle rappelle qu’il existe des critères de standard très étroits, relatifs aux guides de conduite et à l’éthique, qui ont été imposés aux organisations travaillant avec le système des Nations unies, en vue de prévenir ces genres de situation.

« Nous avons des formations régulières sur cette question et les personnels sont sensibilisés, de manière fréquente, sur les questions d’abus et d’exploitation sexuelle », poursuit-elle.

Le directeur régional d’Oxfam pour l’Amérique latine et les Caraïbes, Simon Ticehurst, a présenté, le lundi 19 février 2018, les excuses de l’organisation au gouvernement et au peuple haïtien, à l’issue d’un entretien avec le titulaire du Ministère de la planification et de la coopération externe (Mpce), Aviol Fleurant.

Des organisations féministes, dont la Solidarité des femmes haïtiennes (Sofa), ont aussi dénoncé les conduites répréhensibles et d’abus sexuels, impliquant des employés d’Oxfam en Haïti au lendemain du tremblement de terre du mardi 12 janvier 2010.

Des prostituées avaient été engagées, par des employés d’Oxfam, pour participer à des moments de débauche, dans des logements et des hôtels, payés avec l’argent de l’Ong, selon un rapport d’enquête interne.

Ce dernier a été remis au gouvernement haïtien qui a menacé de prendre des mesures de droit à l’encontre d’Oxfam si les faits se révèleraient dans le souci d’obstruer la justice. [bd emb rc apr 20/02/2018 13:45]