Rendez-vous Culture

Haïti-Culture : Le carnaval synonyme de débauche et de grivoiserie ?


mardi 6 février 2018

P-au-P, 06 févr. 2018 [AlterPresse] --- « Le carnaval est-il synonyme de débauche ou de grivoiserie ? » est le thème d’une journée de réflexion organisée à Port-au-Prince, ce mardi 6 février 2018, et à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

Dans son intervention, le professeur à l’Institut d’études et de recherches africaines d’Haïti (Ierah/issers) de l’Université d’Etat d’Haïti, Rodney Orisma, dit reconnaître qu’il y a une part de débauche et de grivoiserie qui s’expriment généralement à travers le carnaval.

Toutefois, il estime que cette grivoiserie est poussée à l’exagération en Haïti, citant en exemple, entre autres, l’attitude immorale affichée par l’ancien président-chanteur Michel Joseph Martelly, de son nom de scène Sweet Micky, lors de défilés carnavalesques.

Martelly se sert du carnaval pour aller plus loin dans l’immoralité, fustige-t-il, soulignant combien cet esprit grivois dépasse les bornes.

Pour ses propos immoraux tenus habituellement lors des défilés, Sweet Micky a été interdit de participer au carnaval de Gonaïves (département de l’Artibonite, Nord) ainsi qu’à celui de Jacmel (Sud-Est), durant le week-end écoulé.

Auparavant, la grivoiserie n’était pas aussi criante dans les festivités carnavalesques, même avec le groupe du défunt musicien Jean Gesner Henri, plus connu sous le nom de Coupé Cloué. Cette grivoiserie était, quelque peu, voilée, fait remarquer le professeur à l’Université.

Il exhorte les groupes musicaux à contrôler leurs discours dans le contexte actuel où le pays se trouve « à un niveau social assez bas et qui mériterait d’être rehaussé ».

Il encourage à valoriser davantage la culture haïtienne à travers le carnaval pour qu’elle ne soit pas décriée à l’étranger.

Pour sa part, le sociologue Oberde Cazeau a tenté de cerner la place et la valeur patrimoniale du carnaval comme fête populaire liée à un esprit libertin.

Même si cet événement culturel peeut être proche de la débauche et de la grivoiserie dans tous les pays, il doit transmettre certaines valeurs culturelles, soutient-il.

Il y aurait une forme d’appropriation dynamique du carnaval comme patrimoine culturel par les Haïtiennes et Haïtiens, avance-t-il.

Le carnaval national de Port-au-Prince est prévu du dimanche 11 au mardi 13 février 2018 autour du thème « Ayiti sou wout chanjman ».

Plusieurs municipalités d’Haïti, notamment Jacmel (Sud-est), Gonaïves (Artibonite, Nord), les communes périphériques de Carrefour, Delmas, Pétionville et Croix-des-Bouquets ont organisé leurs festivités carnavalesques le weekend écoulé, en prélude au carnaval national. [emb gp apr 06/02/2018 14 :10]