Rendez-vous Culture

Haïti-Culture : Des organisations dénoncent une éventuelle participation de Martelly au carnaval de Port-au-Prince, lors d’un sit-in


vendredi 2 février 2018

P-au-P, 1er fév. 2018 [AlterPresse] --- Des dizaines de personnes ont pris part, le jeudi 1er février 2018, à un sit-in devant la mairie de Port-au-Prince, pour protester contre une éventuelle participation du groupe « Sweet Micky » de l’ancien président Michel Joseph Martelly, au carnaval national de Port-au-Prince.

Les membres de plusieurs organisations, dont l’Union nationale des normaliens et normaliennes d’Haïti (Unnoh), ont, entre autres, pris part à ce mouvement lancé à l’initiative du Collectif des citoyens de Port-au-Prince.

« Il ne faut pas qu’on laisse souiller notre intégrité. Nous ne voulons pas avoir la présence de Martelly dans le parcours carnavalesque », affirme la coordonnatrice du Kolektif fanm ayisyèn, Magalie Lacroix.

« Kolektif fanm ayisyèn crie à bas la violence verbale et Micky au carnaval » sont parmi les messages inscrits sur des pancartes.

Le militant Etienne Getro demande au président Jovenel Moïse et le maire de Port-au-Prince Ralph Youri Chévry de faire le peu qu’il soit pour éviter la participation de Martelly aux festivités carnavalesques.

Nous sommes présents à ce sit-in pour accomplir notre devoir en dénonçant les agissements de Martelly, martèle le président de la Fédération nationale des organisations (Fenao), Dupiton Joseph.

Un document a été transmis à la municipalité afin qu’une décision soit prise sur le cas de Martelly, indique Joseph.

Ebens Cadet, dirigeant de l’Unnoh invite la mairie de Port-au-Prince à prendre ses responsabilités.

Des jets de pierres ont ciblé les protestataires réunis devant la mairie et les forces de l’ordre ont du intervenir pour rétablir le calme.

Le comité du carnaval est chargé du défilé des chars musicaux et la mairie s’occupe de l’aspect artistique y relatif, précise la directrice générale de la mairie de Port-au-Prince, Anne René Louis.

Un contrat sera signé avec les groupes qui auront à prendre part au défilé pendant les trois jours. Des sanctions seront prises contre tout groupe qui tiendrait des propos grivois, met-il en garde.

Le groupe Sweet Micky est interdit de participer au carnaval de Gonaïves (département de l’Artibonite, Nord) ainsi que de celui de Jacmel, prévus pour le week-end prochain.

Des festivités carnavalesques à Port-au-Prince sont prévues du 11 au 13 février 2018 autour du thème « Ayiti jan l dwe ye ». [la emb gp apr 01/02/2018 15 : 35]