Perspectives

Attitude inexplicable du gouvernement haïtien face aux propos racistes de Trump contre Haïti


lundi 22 janvier 2018

Éditorial

Par Gotson Pierre

P-au-P., 22 janv. 2018 [AlterPresse] --- On ne s’explique pas l’attitude du gouvernement haïtien, qui fait encore profil bas, environ deux semaines après les propos injurieux et racistes du président américain Donald Trump contre Haïti.

L’opinion affiche une grande déception par rapport à cette attitude, alors que le chef d’État américain a tenté de souiller la dignité haïtienne, le 11 janvier, en qualifiant le pays de « trou de merde ». Ceci, à la veille de la commémoration du 8e anniversaire du terrible séisme de 2010, qui a fait environ 300.000 morts.

Au départ on a pensé que l’exécutif haïtien voulait privilégier les canaux diplomatiques. Une condamnation a été produite par le biais de l’ambassade d’Haïti à Washington, suivie d’une convocation de la chargée d’affaires américaine à Port-au-Prince, à qui une note de protestation a été remise.

Mais, la brève déclaration du premier ministre Jack Guy Lafontant, sollicité par la presse durant une visite, la semaine dernière, dans le sud du pays, a été renversante. Il a douté de la déclaration attribuée à Donald Trump et a affirmé que dans le cas ou ce serait vérifié, ce serait regrettable.

Ce qui a évidemment provoqué un choc dans le pays, où les réactions d’indignation continuent de se multiplier, tout comme à travers le monde.

Les tenants du pouvoir auraient-ils peur de quelques représailles de la part de Washington ? On connaît la domination historique exercée par les Etats-Unis sur Haïti et qui influencent fortement le cours des choses dans le pays.

On doit considérer aussi que, souvent, des liens personnels de responsables haïtiens avec certains pays sont susceptibles de dicter quelques comportements. Quand les enfants et parfois la famille entière sont établis là-bas, on sait qu’on doit bien se tenir.

Une autre hypothèse pourrait être qu’ils ne se sentiraient pas concernés par les propos racistes de Trump. Au niveau des rapports sociaux en Haïti, par le passé et dans plusieurs circonstances, les élites ne se sont pas toujours solidarisées à la cause nationale.

Bref, face à ce flou, une manifestation patriotique est convoquée par l’opposition, ce 22 janvier, pour exprimer devant l’ambassade américaine le ressentiment des Haïtiens. Mais l’opposition ne parle malheureusement pas d’une seule voix et, dans ce contexte, une mobilisation imposante peut être considérée comme un vrai défi. [gp apr 22/01/2018 07 :30]