Perspectives

Haïti-États-Unis : Des dispositions envisagées pour aider les Haïtiens à surmonter le traumatisme causé par les propos racistes de Trump

La diaspora déçue par le profil bas des autorités haïtiennes
samedi 20 janvier 2018

P-au-P, 19 janv. 2018 [AlterPresse] --- Des dispositions sont en train d’être prises, à plusieurs niveaux, aux États-Unis d’Amérique, pour accompagner les Haïtiennes et Haïtiens, notamment les enfants victimes de traumatisme, suite aux propos racistes du président américain Donald Trump, indique le journaliste Patrick Eliancy, qui évolue en Floride.

Une assistance psychologique est prévue notamment dans les écoles américaines pour les enfants haïtiens qui peuvent être éventuellement victimes de stigmatisation de la part d’autres élèves.

Cette information est communiquée durant l’émission TiChèzBa, animée par le journaliste Gotson Pierre, et prévue pour être diffusée les samedi 20 et dimanche 21 janvier 2018 sur la station en ligne AlterRadio (samedi : 7:00 am, 3:00 pm ; dimanche : 7:00 am, 1:00 pm, 5:00 pm).

Lors d’une réunion, le jeudi 11 janvier 2018 à la maison blanche, sur l’immigration aux États-Unis, Trump a qualifié Haïti, le Salvador et les nations africaines de « trous de merde ».

Face à ces propos offensants, des membres de la diaspora haïtienne estiment que le président n’a pas suffisamment de culture pour comprendre la contribution des Haïtiens au développement des États-Unis, à tous les niveaux, rapporte le journaliste.

Les stigmatisations que pourraient entraîner ces propos envers les enfants haïtiens sur le sol américain sont susceptibles de provoquer un éventuel traumatisme chez eux, explique Eliancy.

Les communautés haïtiennes entreprennent des pourparlers notamment avec des professeurs à l’université pour forcer l’administration Trump à changer d’attitude envers les Haïtiens et leur présenter des excuses publiques, fait-il savoir.

Beaucoup de personnes dont des républicains qui supportaient Trump se gardent de commenter les propos racistes du président alors que d’autres entendent suivre l’évolution du dossier.

La diaspora haïtienne applaudit les positions prises par plusieurs élus haitiano-américains après les paroles insultantes du président américain, rapporte-t-il.

Mais, elle critique la position mi-figue et mi-raisin affichée par le gouvernement haïtien qui s’est fait « complice » de Trump dans ce dossier.

« Trump se défend de ne rien dire de la sorte, cependant s’il avait tenu de pareils propos, ce serait regrettable », avait, tout simplement, lâché, le premier ministre Jack Guy Lafontant, lors de l’inauguration d’un Centre de réception et de livraison de documents d’identité (Crldi), à Jérémie (Grande Anse, Sud-ouest), le lundi 15 janvier 2018.

La communauté haïtienne en Floride n’attend pas grand-chose du gouvernement haïtien qui se montre incapable de défendre la dignité haïtienne, selon Eliancy.

Des professionnels très influents de la diaspora haïtienne cherchent d’autres supports pour apporter la question migratoire au plus haut niveau, fait-il savoir, tout en déplorant combien les dirigeants haïtiens ne représentent pas Haïti à sa dimension.

Résister

Tout en critiquant les dirigeants haïtiens, l’écrivaine, Marie-Célie Agnant appelle le peuple haïtien à se mobiliser contre le système de racisme mondial exprimé à travers Trump.

« Les séquelles de la colonisation ont produit des élites qui ont contribué à nous mettre dans cet Etat, en renforçant leur bien-être sans prendre leur responsabilité pour construire le pays », déplore-t-elle.

« Même si Trump est responsable, mais nous avons aussi une élite irresponsable qui ne permet pas aux filles et fils du pays de participer au développement d’Haïti », souligne-elle, exhortant tout un chacun à prendre conscience et à dire non à la peur et à la compromission.

Les propos de Trump ont aussi suscité une vague d’indignation aux États-Unis, y compris du côté républicain, et à travers le monde.

Des manifestations ont eu lieu lundi 15 janvier 2018 dans plusieurs villes des États-Unis d’Amérique, pour dénoncer les propos racistes du président américain Donald Trump.

D’autres mobilisations sont annoncées aux États-Unis.

Des secteurs politiques en Haïti ont annoncé une marche contre Trump en faveur de la dignité nationale, le lundi 22 janvier 2018. [emb gp apr 19/01/2018 15 :40]

Texte : Emmanuel Marino Bruno
Diaporama sonore : Gotson Pierre