Perspectives

Haïti-Sécurité : Graduation de 1, 022 policières et policiers de la 28e promotion de la Pnh


lundi 18 décembre 2017

P-au-P, 18 déc. 2017 [AlterPresse] --- 1, 022 nouvelles policières et nouveaux policiers ont prêté serment, ce lundi 18 décembre 2017, lors de la cérémonie de graduation de la 28e promotion de la Police nationale d’Haïti (Pnh), à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

Cette cérémonie s’est déroulée en présence du président de la république, Jovenel Moïse, du premier ministre Jack Guy Lafontant, du titulaire du Ministère de la justice et de la sécurité publique (Mjsp), Heidi Fortuné et de la chargée d’affaires à l’ambassade américaine en Haïti, Robin Diallo.

Jovenel Moïse a salué ces nouveaux policiers et policières qui, dit-il, ont fait le choix d’exercer la fonction de gardiennes et de gardiens de la loi, et de devenir des actrices et acteurs vigilants de la sécurité desconcitoyennes et concitoyens, en optant pour la formation en sciences policières.

« À vous policières et policiers, frais émoulus de cette 28e promotion de la Police nationale, je suis venu dire qu’en intégrant la Pnh, vous avez choisi le plus beau métier qui soit : celui de protéger et servir. Un métier, certes exigeant et difficile, mais ô combien exaltant », poursuit-il.

La sortie de cette nouvelle promotion de la Pnh a lieu dans un contexte de difficultés pour l’institution, affectée par des insatisfactions manifestes.

Les funérailles, le samedi 16 décembre 2017, du policier Jimmy Boyard, tué à Gran Ravin dans le quartier de Martissant (périphérie sud-est de la capitale Port-au-Prince), le lundi 13 novembre 2017, lors d’une opération, qualifiée par l’institution policière de fiasco, ont dégénéré en un mouvement de protestation, enclenché par quelques policiers, parents et amis du défunt, pour dénoncer le mauvais état du cercueil.

Tirs nourris, barricades de pneus usagés enflammés, jets de pierres et de tessons de bouteilles, pour empêcher la circulation au niveau de la route de Frères (Pétionville), ont ponctué le déroulement de ces obsèques

Les protestataires, qui étaient très remontés contre l’institution policière, ont réclamé un nouveau cercueil pour mettre le cadavre et l’inhumer dans la dignité.

La cérémonie funéraire du policier national Jimmy Boyard s’est déroulée en présence du nouveau directeur départemental de la police de l’Ouest, le commissaire divisionnaire Berson Soljour, transféré à ce poste depuis environ 24 heures.

Un nouveau cercueil aurait été donné pour enterrer le cadavre.

Le mercredi 29 novembre 2017, des dizaines de policiers nationaux, sans uniformes, avaient défilé, à Port-au-Prince, en vue de dénoncer d’éventuelles sanctions de l’Inspection générale de la Police nationale d’Haïti (IgPnh) contre les policiers accusés de bavures, lors de l’opération du 13 novembre 2017.

Des exécutions sommaires ont eu lieu au cours de l’opération, menée, le lundi 13 novembre 2017, par des agents de la Police nationale d’Haïti, à Gran Ravin, avait révélé un rapport d’enquête du Réseau national de défense des droits humains (Rnddh), en date du 29 novembre 2017

Le Rnddh recommande d’accompagner les parents des policiers et des habitants, tués le 13 novembre 2017, de traiter sereinement les dossiers des personnes arrêtées, dans le cadre de cette opération, et de diligenter « une enquêter sérieuse et objective » sur ce dossier, en vue d’identifier les responsables des exactions commises et de les sanctionner.

L’IgPnh avait recommandé à la justice et à la Direction centrale de la Police judiciaire (Dcpj) de révoquer les policiers, dont leur culpabilité est avérée dans les crimes, perpétrés lors de l’opération policière à Gran Ravin. [bd emb apr 18/12/2017 14:20]