Perspectives

Fondation Max Cadet, 25 ans, le plus grand centre bucco-dentaire d’Haïti


mercredi 13 décembre 2017

Par Gotson Pierre

P-au-P., 13 déc. 2017 [AlterPresse] --- Le centre bucco-dentaire de la Fondation Max Cadet, établi à Port-au-Prince en décembre 1992, est devenu, en 25 ans, le plus grand établissement de ce genre en Haïti.

C’est ce que relève le bilan présenté par les responsables, lors de la célébration des 25 ans de la fondation, au cours d’une cérémonie qui a eu lieu le 6 décembre, au local de l’institution à Canapé Vert, Port-au-Prince.

La Fondation Max Cadet est une oeuvre solidaire mise en place le 2 décembre 1992, en mémoire des époux Max et Thérèse Cadet, le mari ayant été un chirurgien dentiste de grande renommée.

Après la mort de ce dernier en juin 1992, la famille Cadet a créé la fondation afin de poursuivre l’oeuvre du dentiste qui avait débuté sa carrière dans les années 1940.

Sa fille, Genevieve Cadet, directrice de la clinique, indique à une assistance plurielle et sélecte que le centre reçoit 150 patients en moyenne par jour, ce qui fait de lui le plus important centre bucco-dentaire du pays.

Les soins sont fournis à travers sa clinique fixe, où plusieurs cabinets opèrent à la fois, grâce à l’expertise, entre autres, de jeunes médecins motivés et dynamiques.

Parallèlement des cliniques mobiles partent régulièrement apporter des soins à des patients dans leurs propres milieux, ajoute-t-elle.

Elle précise qu’un service de qualité est offert gratuitement à des scolaires et, à un faible prix, à d’autres couches de la société.

Comme plusieurs institutions haïtiennes, le centre bucco-dentaire de la Fondation Max Cadet, établi préalablement dans la communauté religieuse de Sainte Marie, à Canapé Vert, a été détruit par le séisme de janvier 2010.

« Mais nos fondements et nos racines ont résisté », se réjouit Geneviève Cadet.

« Le soutien est venu de partout », dit-elle, ce qui a permis d’aménager ce nouveau site, dont le budget de fonctionnement mensuel s’élève à 19000 USD.

Au lendemain du tremblement de terre, le centre a prodigué des soins à des milliers de personnes ayant pris refuge dans les camps de déplacés.

Le centre, qui bénéficie du soutien généreux de plusieurs entités haïtiennes et étrangères, est en recherche d’autonomisation, selon Genevieve Cadet.

Elle souhaite que le travail du centre jouisse de plus de reconnaissance dans les 25 prochaines années et que ses acquis soient protégés.

Pour Jessy Cadet Legros, responsable de la section américaine de la Fondation Max Cadet, cette dernière perpétue de belle manière le souvenir du Dr. Max Cadet.

Jessy Cadet Legros invite à prendre à coeur le projet afin de donner plus d’accès à des soins dentaires de qualité aux Haïtiens.

La cérémonie marquant les 25 ans de la Fondation Max Cadet s’est déroulée en présence de quelques dizaines de personnes issues notamment des milieux médicaux, humanitaires et de la société civile.

On a noté la présence de l’ancien ministre de l’économie et des finances, Ronald Baudin, celles de l’ancien ambassadeur d’Haïti à Washington, Jean Casimir, et du révérend père William Smarth.

Le contexte de la santé bucco-dentaire en Haïti est marqué par la précarité, le manque d’éducation et la faiblesse institutionnelle, facilitant la pratique de charlatans, qui, selon les professionnels, leur font une concurrence déloyale. [gp apr 13/12/2017 00:30]

Lire aussi : La question des soins dentaires et des dentistes en Haiti