Perspectives

L’Ulcc appelle à la mobilisation contre la corruption en Haïti


mardi 12 décembre 2017

P-au-P, 12 déc. 2017 [AlterPresse] --- L’Unité de lutte contre la corruption (Ulcc) appelle à la mobilisation collective contre ce fléau dans les institutions publiques en Haïti, dans une note de presse transmise à l’agence en ligne AlterPresse.

Cette mobilisation se révèle indispensable face à l’ampleur du phénomène de la corruption en Haïti, estime le directeur de l’Ulcc, le Major David Basile.

A l’occasion de la journée internationale de la corruption, le samedi 9 décembre 2017, l’Ulcc a annoncé la création de « boites d’alertes anti-corruption » dans les institutions publiques.

Ces boites d’alertes anti-corruption sont destinées à recevoir « les plaintes et dénonciations des victimes et témoins d’actes de corruptions perpétrés au niveau des institutions publiques », précise Basile.

Il réaffirme « la ferme détermination » de l’Ulcc à combattre, selon les prescrits du décret du 8 septembre 2004 portant sa création, la corruption sous toutes ses formes au sein de l’administration publique nationale.

L’Ulcc applaudit « la nouvelle dynamique sociale qui se développe dans le pays autour de la nécessité de rompre avec les pratiques avilissantes de la corruption ».

Elle encourage cette vigilance citoyenne qui peut contribuer « au renforcement de l’imputabilité » des comptables et ordonnateurs des biens publics à l’égard de la population.

Endiguer le fléau de la corruption : c’est la chose à faire « pour pouvoir garantir un climat d’affaires stable et favorable aux opérateurs économiques », souligne Basile

Ceci permettrait également de sortir le pays de cette situation de mal développement dans laquelle il se trouve enlisé depuis trop longtemps.

« C’est le prix à payer pour garantir l’accès à un service public de qualité au bénéfice de toute la population sans exclusive », argue-t-il.

Plusieurs cas de corruption ont créé des remous dans le pays et un début de mobilisation est observé.

A l’initiative du Collectif du 4 décembre 2013 et de plusieurs organisations de la société civile, des milliers de personnes ont marché, ce mardi 5 décembre 2017, dans les rues de Port-au-Prince, contre la corruption et l’impunité en Haïti.

Plus de 19 millions de gourdes ont été détournées du Ministère de l’intérieur et des collectivités territoriales (Mict), à partir de falsification de signatures, ont révélé les autorités en conférence de presse, le mercredi 8 novembre 2017.

L’ancien titulaire du Ministère des affaires sociales et du travail (Mast), Roosevelt Bellevue, a été démis de ses fonctions, en août 2017, pour son implication présumée dans un scandale de « surfacturation » d’environ 50 mille kits scolaires, dans le cadre de la planification de la rentrée académique 2017-2018.

Au mois d’août 2017, une fraude de plus de 3 millions de gourdes, impliquant 68 directeurs d’écoles et quatre inspecteurs du Ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle (Menfp), a été aussi découverte, après une enquête interne.

De plus, un rapport de la Commission éthique et anti-corruption du sénat sur l’utilisation des fonds PetroCaribe a indexé plus d’une quinzaine de personnalités, dont deux anciens premiers ministres, ainsi que d’anciens ministres, d’anciens directeurs généraux et des responsables de firmes de constructions, supposément impliquées dans le détournement d’une partie d’environ 3 milliards de dollars américains (Ndlr : US $ 1.00 = 65.00 gourdes ; 1 euro = 81.00 gourdes ; 1 peso dominicain = 1.60 gourde aujourd’hui). [rjl emb apr 12/12/2017 13 :10]