Perspectives

Haïti-R.D. : 5,579 migrantes et migrants haïtiens rapatriés, en novembre 2017, sur la frontière


vendredi 8 décembre 2017

P-au-P, 07 déc. 2017 [AlterPresse] --- 5, 579 migrantes et migrants haïtiens ont été rapatriés, par les autorités dominicaines, au cours du mois de novembre 2017, au niveau des 4 points frontaliers officiels [1], indique la plateforme Groupe d’appui aux rapatriés et réfugiés (Garr), dans une note transmise à l’agence en ligne AlterPresse.

Avec un effectif de 3,491 personnes, le point frontalier Ouanaminthe/Dajabon (Nord-Est) a accueilli le plus grand nombre de migrantes et migrants rapatriés.

Vient en deuxième position, le point frontalier Carisal/Comendador (Plateau central) avec 2,054 personnes, suivi de Malpasse/Malpaso (Jimani) (Ouest) avec 26 personnes.

« 417 autres, dont 8 rapatriés et 409 retournés spontanés, ont été aussi recensés à Cornillon/Grand-Bois (dans le département de l’Ouest). Parmi les personnes rapatriées, figurent 4,909 hommes, 591 femmes et 79 mineurs (8 fillettes et 71 garçonnets) », suivant les données rassemblées par la plateforme Garr.

8 personnes ont été rapatriées à Savane Bombe/ Cacica, un point frontalier non officiel dans la commune de Cornillon/Grand-Bois, alors que 409 autres sont revenues, en Haïti, de manière spontanée.

La plupart des migrantes et migrants rapatriés, qui travaillaient dans le secteur agricole, la restauration et dans le domaine de la construction, ont vécu en République Dominicaine, pendant de nombreuses années.

Certains d’entre eux, en possession de visa dominicain valide, auraient été reconduits en Haïti.

Rapatrié à Carisal/Comendador (Elias Piña), le 21 novembre 2017, dans cette circonstance, un étudiant en génie civil a indiqué avoir été brutalement intercepté à Santo Domingo.

Gardés, dans de mauvaises conditions, dans des centres carcéraux dominicains, avant d’être reconduits à la frontière, les migrantes et migrants haïtiens rapatriéss rapportent avoir été contraintes et contraints de dormir à même le sol, pendant leur incarcération sans avoir accès, ni à l’eau potable ni à la nourriture.

Les objets importants, dont montres, téléphones portables et autres articles de valeur de certains d’entre eux, auraient été confisqués, sans compter les différents biens, acquis au prix de longues années de travail en territoire voisin d’Haïti, qu’ils ont dû laisser en République Dominicaine, selon leurs témoignages.

Du mois de juillet 2015 au 21 septembre 2017, un nombre de 229,885 migrantes et migrants haïtiens, dont 133,672 retournés spontanés et 96,213 rapatriés, qui vivaient en République Dominicaine, ont été contraints de rentrer en Haïti.

Durant la période considérée, 4,087 mineurs ont été rapatriés, sans être accompagnés de leurs familles.

A la veille du 69e anniversaire (10 décembre 1948 - 10 décembre 2017) de la Déclaration universelle des droits humains (Dudh), dont le thème de réflexion en 2017 est « Œuvrons pour l’égalité, la justice et la dignité humaine », la plateforme Garr appelle les deux États voisins à promouvoir le respect de l’autre et la solidarité sur l’Ile.d’Haïti.

Le gouvernement dominicain est également encouragé à établir des mécanismes institutionnels, visant à garantir la protection des vies et biens des ressortissantes et ressortissants haïtiens sur le territoire dominicain.

La plateforme Garr exhorte les autorités haïtiennes à travailler, en vue de régulariser le flux migratoire, face à la poursuite des opérations de rapatriement d’Haïtiennes et d’Haïtiens aux différents points de la frontière haïtiano-dominicaine. [emb rc apr 07/12/2017 15:10]

[1Ndlr : Les 4 points frontaliers officiels , entre Haïti et la R"épublique Dominicaine, sont : Malpasse/Malpaso (Jimani) / Ouest, Ounaminthe/Dajabon /Nord-Est, Carisal/Comendador (Elias Piña, l’une des 32 provinces en République Dominicaine) / Plateau central -, Anse-à-Pitres/Pedernales / Sud-Est.