Perspectives

Deux accords paraphés à l’ouverture de la deuxième édition des assises de la coopération décentralisée France-Haïti


mercredi 6 décembre 2017

P-au-P., 05 déc. 2017 [AlterPresse] --- Deux accords-cadres de coopération entre des mairies françaises et haïtiennes ont été signés, à l’occasion du lancement, le mardi 5 décembre 2017, à Port-au-Prince, de la deuxième édition des assises de la coopération décentralisée franco-haïtienne, a constaté l’agence en ligne AlterPresse.

L’un des accords engage la mairie de La Rochelle (région Nouvelle-Aquitaine) et la commune de Port-au-Prince, « en matière d’aide à la bonne gouvernance locale et au renforcement des capacités des agents de l’administration publique de la capitale haïtienne ».

L’autre, paraphé par le Conseil Départemental de la Vienne et la commune de Marigot (Sud-Est), vise notamment « la poursuite du financement d’une école communale ainsi que la mise en œuvre d’un projet de traitement de déchets à Marigot.

L’ouverture des assises a eu lieu en présence du président de la république, Jovenel Moise, du titulaire du Ministàre de l’intérieur et des collectivités territoriales (Mict), Max Rudolph Saint-Albin, du président de la Fédération nationale des maires d’Haïti (Fenamh), Jude Edouard Pierre, et de l’Ambassadrice de France en Haïti, Elisabeth Beton Delègue.

450 participantes et participants, dont les mairesses et maires d’Haiti, et plus d’une centaine de membres des collectivités françaises prennent part à ces assises.

Jovenel Moïse a appelé « toutes les participantes et tous les participants à ne faire aucune réserve de leur potentiel et de leur esprit d’ouverture » pour produire des réflexions, permettant d’adresser, « le plus adroitement possible, la problématique de la gouvernance locale. »

Pour sa part, le président de la Fenamh, Jude Edouard Pierre, a salué l’organisation de ces assises.

« Seule la solidarité des peuples peut apporter des remèdes efficaces aux grands maux, qui accablent nos villes », a-t-il soutenu.

Ces échanges entre « élus français et leurs partenaires haïtiens, illustre une facette méconnue de la coopération entre nos deux pays », a déclaré, de son coté, l’ambassadrice de France en Haïti, Elisabeth Beton Delègue.

« Haïti a toujours figuré parmi les pays les plus dynamiques en matière de coopération décentralisées avec la France », a-t-elle ajouté.

Les premières assises de la coopération décentralisée franco-haïtienne ont eu lieu en 2009. C’était l’occasion de promouvoir la coopération décentralisée, comme outil de développement des territoires, et de mettre en valeur la vingtaine de partenariats, noués entre collectivités françaises et haïtiennes, faisant d’Haïti le 3e pays des Amériques, comptant la plus forte coopération décentralisée française, après les Etats-Unis et le Canada.

Conférences, tables rondes et ateliers, sur des sujets clés du développement territorial, comme l’éducation, l’aménagement du territoire, l’environnement et le développement rural, sont au menu de la deuxième édition des assises de la coopération décentralisée franco-haïtienne.

D’autres thèmes touchent la gestion de l’eau et des déchets, l’intercommunalité, la fiscalité locale, la démocratie participative, le tourisme et le patrimoine, ou encore la coopération et l’intégration régionale.

Les délégations des collectivités françaises prévoient également d’effectuer plusieurs visites de terrain, sur les territoires des communes haïtiennes, avec lesquelles elles coopèrent.

Les assises sont organisées par la Fédération nationale des maires d’Haïti (Fenamh) et Cités Unies France et la Fédération des collectivités territoriales françaises, engagées en coopération décentralisée.

L’événement reçoit aussi le soutien du Ministère haïtien de l’intérieur et des collectivités territoriales (Mict), du Ministère français de l’Europe et des affaires étrangères (Meae) et de l’Ambassade de France en Haïti. [rjl gp apr 05/12/2017 23 :00]