Dépêches

Haïti-Education : Mobilisation générale annoncée par l’Unnoh à partir du 16 janvier 2018


mercredi 29 novembre 2017

P-au-P, 28 nov. 2017 [AlterPresse] ---L’Union nationale des normaliennes et normaliens haïtiens (Unnoh) annonce une nouvelle mobilisation générale en vue de forcer le gouvernement à répondre à l’ensemble des revendications exprimées par les enseignantes et les enseignants.

Cette relance de la mobilisation, prévue pour le début de l’année prochaine, entend exiger un système d’assurance de santé fonctionnel pour les enseignants, le paiement de tous les arriérés de salaires, la fixation d’un salaire de base à 75 mille gourdes et l’application d’une grille salariale, précise l’Unnoh, lors d’une conférence de presse, ce mardi 28 novembre 2017, et à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

La prise en compte de ces revendications permettra de mettre fin à l’injustice faite aux enseignants dans le système éducatif haïtien, souligne le coordonnateur général de l’Unnoh, Josué Mérilien, tout en déplorant un mauvais fonctionnement de l’éducation.

L’Unnoh demande un audit sur la gestion du Fonds national de l’éducation (Fne) et des mesures en vue d’une meilleure application du programme du nouveau secondaire.

L’insuffisance de matériels didactiques et l’absence d’un environnement approprié sont parmi les facteurs de blocages du système.

L’Unnoh souhaite que tous les professeurs reçoivent leurs lettres de nomination et le paiement de tous les arriérés de salaires, dans un délai ne dépassant pas la fin du mois de décembre 2017.

Il appelle à la solidarité de tous les élèves, parents et professeurs afin de forcer le gouvernement à respecter les revendications des enseignantes et enseignants.

Le mercredi 15 novembre 2017, plusieurs centaines de manifestantes et manifestants, particulièrement des écolières et écoliers en uniforme, ont regagné les rues du Cap-Haïtien, pour une troisième fois, depuis le lundi 13 novembre 2017, en raison de l’absence de professeurs dans les salles de classes.

Cette grève enseignante a déjà perturbé les activités scolaires durant plus d’une semaine.

Les enseignants grévistes ont exigé, des responsables du Ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle (Menfp), le paiement d’arriérés de traitements, la nomination des contractuelles et contractuels, le respect du contrat au titre du Programme de scolarisation universelle, gratuite et obligatoire (Psugo).

Le Menfp a invité toutes les enseignantes et tous les enseignants concernés à poursuivre l’encadrement des élèves et éviter les mouvements de grève systématiques, qui risquent d’avoir de graves conséquences sur la performance des élèves aux examens d’Etat. [bd emb gp apr 28/11/2017 15 :10]