Dépêches

Droits humains : Le Service jésuite aux migrants souhaite la création d’un environnement propice au bien-être des enfants


mercredi 22 novembre 2017

P-au-P, 22 nov. 2017 [AlterPresse] --- Le Service jésuite aux migrants/Solidarite fwontalye-Haïti (Sjm/Sfw-Haïti) invite tous les secteurs à contribuer à la construction « d’un environnement digne » et garant du bien-être de tous les enfants en Haïti, à l’occasion de la journée internationale des droits de l’enfant, célébrée le lundi 20 novembre 2017.

Bon nombre d’enfants n’ont jamais été enregistrés à l’état civil. De plus, ils sont régulièrement victimes dans les foyers, et les communautés de diverses formes d’abus, de négligence et de violences physiques et psychologiques, dénonce le Sjm/Sfw-Haïti, dans un communiqué transmis à l’agence en ligne AlterPresse.

Depuis 2015, plus de 200 mille enfants sont victimes d’exploitation en Haïti.

L’organisme encourage les autorités publiques et religieuses, les écoles, les membres de la société civile, les médias, les organisations communautaires et les organisations de défense des droits de la personne à s’engager ardemment en faveur de la défense des droits des enfants en Haïti.

Chaque année, des milliers d’enfants traversent les points frontaliers officiels ou non-officiels entre Haïti et la République Dominicaine sans documentation, indique-t-il.

Ces enfants sont également exposés à la traite, au trafic et à d’autres types d’exploitation. Les actions de l’État haïtien demeurent insuffisantes pour éviter de telles dérives, fustige-t-il.

Il rapporte aussi que la majorité de ces enfants n’ont pas accès aux services sociaux de base au niveau de leur département d’origine.

Le Sjm/Sfw-Haïti exhorte l’État haïtien à s’engager activement pour améliorer les conditions de vie et d’accueil des enfants dans la société haïtienne et à assurer la sécurité des mineur-e-s dans les zones frontalières entre Haïti et la République Dominicaine afin d’éviter tout type d’abus, de violence ou d’exploitation à leur encontre.

Il plaide en particulier pour la protection des enfants les plus défavorisés, victimes de violence ou d’exploitation, de conflits armés, de catastrophes naturelles ou encore en situation de pauvreté extrême, à l’occasion de la journée internationale des droits de l’enfant, dont le thème retenu par le Fonds des Nations-unies pour l’enfance (Unicef) est : « Prenez les commandes ». [la emb gp apr 22/11/2017 09 :45]