Dépêches

Haïti-Justice : Les conclusions de l’enquête sur l’opération meurtrière de la Pnh, prévues le 22 novembre 2017


mardi 21 novembre 2017

P-au-P, 21 nov. 2017 [AlterPresse] --- Les résultats de l’enquête sur l’opération sanglante menée par des agents de la Police nationale d’Haïti (Pnh) à Gran Ravin dans le quartier de Martissant (périphérie sud de la capitale) seront connus d’ici le mercredi 22 novembre 2017, apprend l’agence en ligne AlterPresse.

Des sanctions seront prises à l’encontre des responsables de cette tuerie, annonce le premier ministre Jack Guy Lafontant également chef du Conseil supérieur de la police nationale (Cspn), au terme d’une réunion de travail entre les membres du Cspn et ceux de la commission justice, sécurité et défense nationale du Sénat, le lundi 20 novembre 2017.

L’opération policière qui a mobilisé plus de 250 policiers a fait 10 morts dont 2 agents de la police.

Le premier ministre qualifie cette opération policière de « bavure » alors que le directeur général de la Pnh, Michel-Ange Gédéon y voit un « dérapage ».

Le Cspn a un rôle stratégique, il n’est pas impliqué dans l’opération, affirme le chef du gouvernement.

De son côté, Gédéon indique que l’opération a été planifiée par la Direction départementale de l’Ouest (Ddo) et la Mission des nations unies pour l’appui à la justice en Haïti (Minujusth).

Une enquête administrative est en cours afin de sanctionner les coupables qui n’ont pas obéi à l’ordre de stopper l’opération, fait-il savoir.

L’Office de la protection du citoyen (Opc) a exhorté les autorités judiciaires à prendre toutes les mesures nécessaires pour que la vérité soit établie autour de l’opération policière du 13 novembre 2017, à Grand Ravin, dans le quartier de Martissant (sud-est), dans une note.

Une série de mobilisations, dont sit-in et marches pacifiques, sont annoncées à partir du mardi 21 octobre 2017 en vue de réclamer « justice » pour les familles du professeur du Collège évangélique Maranatha, David Jean-Baptiste, du gardien, d’un étudiant et d’autres individus de la zone, tous « exécutés sommairement » lors de l’opération, a annoncé l’Union nationale des normaliennes et normaliens haïtiens (Unnoh).

Le lundi 20 novembre 2017, la justice a décidé de libérer, sous condition, le directeur du Collège évangélique Maranatha, le pasteur Armand Louis, molesté et arrêté par des agents de la Police nationale d’Haiti (Pnh), le jour de l’opération. [bd emb gp apr 21/11/2017 15 :10]