Dépêches

Haïti-Droits humains : L’Opc souhaite la lumière sur la journée sanglante du 13 novembre 2017


lundi 20 novembre 2017

P-au-P, 20 nov.2017 [AlterPresse] --- L’Office de la protection du citoyen (Opc) exhorte les autorités judiciaires à prendre toutes les mesures nécessaires, pour que la vérité soit établie autour de l’opération policière du 13 novembre 2017, à Gran Ravin, dans le quartier de Martissant (sud-est), dans une note transmise à l’agence en ligne AlterPresse.

L’Opc attire leur attention sur la nécessité de développer, dans tous les quartiers défavorisés, des programmes de désarmement et de réinsertion sociale.

Il appelle à tout mettre en œuvre, afin que la paix et la sérénité soient rétablies dans le quartier, soulignant combien les femmes, particulièrement les enfants, demeurent les plus exposés à ces types d’événement.

Tout en condamnant toutes les formes de violences enregistrées dans cette affaire, l’Opc déplore les circonstances, dans lesquelles le Collège évangélique Maranatha (Cem) a été l’objet d’attaques de gens lourdement armés.

Sept civils et deux policiers nationaux ont été tués, alors que 31 personnes sont arrêtées, selon un nouveau bilan de la Pnh, en date du jeudi 16 novembre 2017.

Le constat de neuf cadavres a été dressé par un juge de paix, dépêché dans le quartier, selon des médias.

L’Union nationale des normaliennes et normaliens d’Haiti (Unnoh) réclame justice et réparation pour les familles des victimes de l’opération policière du 13 novembre 2017, menée à Gran Ravin, lors d’une conférence de presse, ce lundi 20 novembre 2017.

Une série de mobilisations, dont sit-in et marches pacifiques, sont annoncées à partir du mardi 21 novembre 2017 en vue de réclamer « justice » pour les familles du professeur du Collège évangélique Maranatha, David Jean-Baptiste, d’un gardien du Cem, d’un étudiant et d’autres individus de la zone, tous « exécutés sommairement » lors de l’opération, annonce l’Unnoh.

Le pasteur Armand Louis, molesté et arrêté par des agents de la Police nationale d’Haiti (Pnh), a été libéré dans l’après-midi du lundi 20 novembre 2017, suite à des échanges à huis clos, entre son avocat et le juge en charge du dossier, apprend-on. [nc emb gp apr 20/11/2017 16:30]