Dépêches

Haïti-Droits humains : La Fondation Zanmi Timoun déplore la situation des mineurs en détention préventive prolongée


lundi 20 novembre 2017

P-au-P, 20 nov. 2017 [AlterPresse] --- La Fondation Zanmi Timoun attire l’attention des autorités haïtiennes sur la situation des mineurs, garçons et filles, en détention préventive prolongée, à l’occasion de la journée internationale des droits de l’enfant, ce lundi 20 novembre 2017, dans une note transmise à l’agence en ligne AlterPresse.

Elle en profite pour évoquer la situation critique, que connaissent les enfants dans les prisons civiles et les centres de détention comme Cabaret (municipalité au nord de la capitale) et Delmas (au nord-est).

La détention préventive prolongée reste un défi pour le Centre de rééducation des mineurs en conflits avec la loi (Cermicol) et les prisons civiles du pays, souligne-t-elle.

Pour le mois d’octobre 2017, le nombre de mineurs en conflit avec la loi, condamnés, est à moins de 20% des mineurs détenus dans le département de l’Ouest, indique-t-elle, citant un rapport en date du 12 octobre 2017 de la Direction de l’administration pénitentiaire (Dap).

La Fondation Zanmi Timoun appelle les autorités judiciaires à travailler sur les dossiers des enfants en conflit avec la loi, avec célérité et professionnalisme, pour diminuer le nombre d’enfants en détention préventive prolongée à travers le pays.

La situation des enfants en Haïti reste inchangée. Leurs conditions de vie se dégradent, malgré les interventions des organismes luttant pour le respect des droits de l’enfant, déplore Zanmi Timoun. [emb gp apr 20/11/2017 16:00]