Dépêches

Haïti-Droits humains : L’Unnoh demande justice et réparation pour les familles des victimes de l’opération policière du 13 novembre 2017 à Gran Ravin


lundi 20 novembre 2017

P-au-P, 20 nov. 2017 [AlterPresse] --- L’Union nationale des normaliennes et normaliens d’Haiti (Unnoh) réclame justice et réparation pour les familles des victimes de l’opération policière du 13 novembre 2017, menée à Gran Ravin, lors d’une conférence de presse, à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

« En tant qu’êtres humains et en tant que citoyens, il y des choses que nous ne pouvons pas accepter », martèle Josué Mérilien, le coordonnateur de l’Unnoh, lors de la conférencede presse, ayant réuni un groupe de sympathisants et proches des personnes victimes, lors de l’opération policière.

Cette dernière s’est soldée par plusieurs morts, dont deux policiers nationaux, et l’arrestation d’une trentaine de personnes, dont l’ingénieur Armand Louis, directeur du Collège évangélique Maranatha (Cem).

Le pasteur Armand Louis, molesté et arrêté par des agents de la Police nationale d’Haiti (Pnh), vient d’être libéré, dans l’après-midi de ce lundi 20 novembre 2017, suite à des échanges à huis clos, entre son avocat et le juge en charge du dossier, apprend-on.

Louis a été accusé de complicité avec les bandits responsables de l’assassinat des deux agents de l’Udmo.

Une série de mobilisations, dont sit-in et marches pacifiques sont annoncées à partir du mardi 21 novembre 2017, en vue de réclamer « justice » pour les familles du professeur du Cem, David Jean-Baptiste, d’un gardien du Cem, d’un étudiant et d’autres individus de la zone, tous « exécutés sommairement » lors de l’opération, fait savoir l’Unnoh.

Des écoles protestantes annoncent également la fermeture de leurs portes, le jeudi 23 novembre 2017, en signe de solidarité avec les victimes, ajoute l’Unnoh, qui appelle à la « professionnalisation » de la Pnh.

« Il faut professionnaliser la Pnh, afin d’éviter ces interventions effectuées en amateur, et qu’il y ait autant de victimes policières lors des opérations ».

Plusieurs voix, dont celle de la mission protestante Union évangélique baptiste d’Haiti (Uebh), ont déploré l’acte du 13 novembre 2017, notamment le traitement dont a fait l’objet l’ingénieur Armand Louis.

Elles réclament une enquête sur la mort des policiers et les victimes du Collège évangélique Maranatha. [rjl emb gp apr 20/11/2017 15:45]