Dépêches

Politique : Les conditions actuelles, favorables à la relance d’Haïti, dixit Jovenel Moïse


lundi 20 novembre 2017

P-au-P, 20 nov. 2017 [AlterPresse] --- Les conditions actuelles seraient favorables à la relance d’Haïti, a déclaré le président Jovenel Moïse, lors de la célébration, au Cap Haïtien (Nord), du 214e anniversaire de la bataille de Vertières, le samedi 18 novembre 2017, observe l’agence en ligne AlterPresse.

« Les conditions sont réunies pour le réveil des forces vives de la Nation de la léthargie dans laquelle nos querelles intestines l’ont enfoncée depuis trop longtemps déjà », a affirmé le président.

Il appelle le peuple haïtien à mettre de côté tout ce qui le divise et faire front commun contre la misère, l’instabilité, l’exclusion, la corruption, l’insécurité et la dépendance.

Il rappelle aussi combien la bataille du 18 novembre 1803 ayant abouti à l’indépendance haïtienne a été possible grâce à un acte d’union des opprimés contre les forces colonialistes.

Depuis plusieurs mois, des mouvement de protestations, émaillés, parfois, de violences se poursuivent dans le pays en vue de réclamer le départ du chef de l’Etat et le retrait du budget 2017-2018 controversé.

De plus, plusieurs personnalités sont épinglées dans un rapport d’enquête de la commission sénatoriale spéciale d’enquête sur la gestion des fonds PetroCaribe, qui serait catastrophique, selon plusieurs secteurs.

A l’occasion de la célébration de la bataille de Vertières, le président Moise a également procédé au dépôt d’une gerbe de fleurs aux pieds du monument de Vertières, en guise d’hommage aux héros de l’indépendance, avant d’aller assister à la messe d’Action de grâce, suivie de Te Deum, célébrée par l’Archevêque du Cap, Mgr. Max Leroy Mézidor.

La commémoration a eu lieu en présence, entre autres, de l’épouse du chef de l’Etat, Martine Moise, du premier ministre, Jack Guy Lafontant et d’autres hauts dignitaires -ministres et secrétaires d’Etat, directeurs généraux, membres du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (Cspj), parlementaires, maires et représentants de la société civile.

A cette occasion, une première parade militaire des Forces armées d’Haïti (Fad’h), remobilisées après 22 ans par le chef de l’Etat a eu lieu, le 18 novembre.

Diverses organisations ont dénoncé la remobilisation des Fad’h, qui seraient, disent-elles, un groupe de pressions armé, au service du pouvoir en place.

Les Fad’h ont été démobilisées en 1995 par l’ancien président Jean-Bertrand Aristide, après un parcours semé de coups d’Etat et d’exactions diverses [rjl emb gp apr 20/11/2017 13 :35]