Perspectives

Haïti-Corruption : Plusieurs personnalités épinglées rejettent le rapport de la commission sénatoriale spéciale sur les gaspillages des fonds PetroCaribe


jeudi 16 novembre 2017

P-au-P, 15 nov. 2017 [AlterPresse] --- Plusieurs personnalités, épinglées dans le rapport de la commission sénatoriale spéciale d’enquête sur la gestion des fonds PetroCaribe, s’inscrivent en faux contre le contenu du rapport, soulignant des gaspillages des fonds Petrocaribe, selon les informations recueillies par l’agence en ligne AlterPresse.

Laurent Salvador Lamothe - ancien premier ministre (du 16 mai 2012 - 14 décembre 2014), ex-titulaire du Ministère de la planification et de la coopération externe (Mpce, 6 août 2012 - 14 décembre 2014), ex-titulaire du Ministère des affaires étrangères et des cultes (Maec, 24 octobre 2011 - 6 août 2012) -, Wilson Laleau - ancien titulaire du Ministère de l’économie et des finances (Mef, 18 janvier 2015- 23 mars 2016, précédemment 11 avril 2013 - 2 avril 2014), et ancien titulaire du Ministère du commerce et de l’industrie (Mci, 18 octobre 2011 - 18 janvier 2015) - et Stéphanie Balmir Villedrouin - ancienne titulaire du Ministère du tourisme et des industries créatives (2 avril 2014 - 23 mars 2016), ancienne titulaire du Ministère du tourisme (20 octobre 2011 - 2 avril 2014) - , sous l’ancienne administration de Joseph Michel Martelly (14 mai 2011 - 7 février 2016), sont épinglés, dans le cadre de ce rapport d’enquête sénatoriale sur l’utilisation des fonds PetroCaribe.

Laurent Lamothe, dénoncé pour « concussion, forfaiture, détournement de deniers publics et soustraction de deniers publics », parle d’un rapport « véritablement scandaleux ».

Sa réaction, publiée sur Twitter, a précédé celle de son secrétariat, qui « condamne, avec la plus grande véhémence, la manipulation avérée et la calomnie des rédacteurs du document ,qui se sont évertués à construire une vaste machination, dont l’objectif premier est de ternir la réputation des anciens hauts fonctionnaires de l’Etat, mis en cause ».

Wilson Laleau qualifie le rapport de « prétexte partial, partiel, partisan, irresponsable » et « met en cause l’honneur et l’intégrité (de la commission spéciale) du sénat », dans une lettre, en date du 13 novembre 2017, au président du sénat.

« Il apparaît évident que ce rapport est monté de toutes pièces, pour incriminer, avilir même certaines personnalités, ayant servi l’Etat, et en exonérer d’autres », avance Laleau, visé dans ce document « pour détournement ou dissipation de deniers publics ».

Dans le même rapport de la commission sénatoriale spéciale d’enquête sur la gestion des fonds petroCaribe, « la période (Jocelerme) Privert (14 février 2016 - 7 février 2017)a été gentiment évitée », souligne Laleau, qui dit relever une mention « laconique », au bas de la page 505, recommandant à l’assemblée des sénateurs de se pencher sur une résolution, qui a été prise par l’administration provisoire de Privert/Enex Jean-Charles, dans le cadre des fonds PetroCaribe.

« Les pages, allant de 33 à 36, mettent explicitement en cause cette administration Privert/Jean-Charles pour faute grave de « maquillage de comptes publics », poursuit-il.

Stéphanie Balmir Villedrouin, dans une lettre adressée au président du sénat, Youri Latortue, réfute « énergiquement les conclusions, liées au Ministère du tourisme ».

Indexée, parmi les 14 personnalités contre lesquelles la Commission sénatoriale spéciale, chargée d’enquêter sur la gestion des fonds PetroCaribe, recommande la mise en mouvement de l’action publique, Villedrouin qualifie ces accusations de « mensongères » et se dit plus que jamais « déterminée à défendre son honneur, injustement attaqué ».

Le vendredi 10 novembre 2017, la commission sénatoriale spéciale d’enquête sur la gestion des fonds du programme PetroCaribe, dirigée par le sénateur du Nord-Ouest, Evalière Beauplan, a présenté, au secrétariat du Sénat, ce que le sénateur des Nippes, Nènel Cassy, appelle « le rapport du siècle ».

Les signataires du rapport de la commission sénatoriale spéciale d’enquête recommandent la mise en mouvement de l’action publique contre plus de 14 personnalités, dont Jacques Gabriel : Jean Marx Bellerive, Laurent Lamothe, Josefa Gauthier, Jacques Rousseau, Marie Carmelle Jean Marie, Wilson Laleau, Florence Duperval Guillaume, Stéphanie Balmir Villedrouin, Yves Germains Joseph, Max Rudolph Saint-Albin, Hervé Day, Michel Content et Lionel Grand Pierre.

Une séance a eu lieu, le mardi 14 novembre 2017, au sénat, en vue de présenter officiellement le document final de la commission spéciale, chargée d’enquêter sur la gestion des fonds du programme PetroCaribe pour la période 2008 à 2016.

Cette séance est mise en continuation pour le jeudi 30 novembre 2017, après de longs et interminables échanges entre les différents groupes politiques.

« Forfaiture, concussion et détournement de fonds publics » sont parmi les principaux chefs d’accusation contre ces anciens ministres, premiers ministres, directeurs généraux, sans oublier les responsables des firmes de constructions J&J construction & co ; Rofi S.A. ; IBT S.A ; HADOM Construction S.A, indexés pour « escroquerie » dans le document de 656 pages.

Des organisations sociales et de droits humains, dont le Collectif Défenseur plus, Tèt kole ti peyizan appellent la justice à poursuivre toutes les personnes, impliquées dans la dilapidation des fonds PetroCaribe. [rjl emb rc apr 15/11/2017 16:00]