Perspectives

Haïti-Forces Armées : Des organisations dénoncent une éventuelle mobilisation d’un groupe de pressions armé, au service du pouvoir en place


mardi 14 novembre 2017

P-au-P, 14 nov. 2017 [AlterPresse] --- Ladite remobilisation des Forces Armées en Haïti, à partir du samedi 18 novembre 2017, ne sera qu’une mobilisation d’un groupe de pressions armé, au service du pouvoir en place, mettent en garde différentes organisations sociales, y compris de droits humains, dans des interviews à l’agence en ligne AlterPresse.

« Ce ne sont pas les Forces Armées d’Haïti, qui seront remobilisées le 18 novembre 2017, mais plutôt un groupe armé, qui sera là pour protéger les personnes qui ont dilapidé les fonds Petrocaribe et ceux collectés par la Direction générale des impôts (Dgi) dans les douanes et au niveau de l’immigration », prévient l’organisme de droits humains Collectif Défenseurs Plus.

De vraies forces armées sont au service de la nation, du développement, et elles protègent la population contre les menaces extérieures, au niveau des frontières terrestre, maritime et aérienne, souligne le co-directeur du Collectif Défenseurs plus, Antonal Mortimé.

Le Collectif Défenseurs Plus exprime son désaccord avec la façon, dont le gouvernement actuel de Jack Guy Lafontant prône la reconstitution de l’armée, qui ne s’inscrit pas dans une démarche pour renforcer les institutions haïtiennes.

Avant de prendre cette initiative, il serait sage que l’Exécutif consulte les autres pouvoirs, les autres institutions indépendantes et autonomes, ainsi que la société civile. Tel n’est pas le cas, c’est uniquement un titulaire au Ministère de la défense, qui fait des recrutements, minimise le coordonnateur de l’organisation Tèt kole ti peyizan, Osnel Jean Baptiste, interrogé par AlterPresse.

Ces forces armées, que le président Jovenel Moïse, du régime tèt kale deuxième version (après la première version de Joseph Michel Martelly, du 14 mai 2011 au 7 février 2016), veut mettre sur pied, auraient pour objectif caché de continuer les actes de répression sur la population et la paysannerie, les travailleuses et travailleurs, les ouvrières et ouvriers, dans la perspective de les empêcher de se mobiliser contre les mauvaises conditions de vie.

Les Forces Armées d’Haïti, dont la remobilisation officielle est prévue le samedi 18 novembre 2017, seront une force professionnelle, au service de la population et du développement du pays, tente de rassurer le titulaire du Ministère de la défense, Hervé Denis, lors d’une conférence de presse, le lundi 13 novembre 2017, à Port-au-Prince.

Le Ministère de la défense dit espérer que d’autres pays, à la vue d’une structure de Forces Armées au service du développement, emboîteront le pas, à l’instar de l’Équateur et de la Bolivie, qui ont formé pas mal de techniciens militaires haïtiens. .

L’armée comprendra entre 3 mille et 5 mille hommes et femmes pour appuyer l’action de la Police nationale d’Haïti(Pnh). Pour le moment, on a commencé avec un contingent de 500 militaires spécialisé en corps du génie, médical et en aviation, indique-t-il.

Très bientôt, l’Etat major des Forces Armées (qui n’existe pas encore) sera constitué. Une liste a été acheminée à la présidence, en vue de choisir les personnalités devant composer la nouvelle structure d’Etat-major, fait savoir le Ministère de la défense.

En juillet 2017, le recrutement d’une classe de soldats, sans cadre légal ni structure institutionnelle, a été lancé pour la reconstitution des Forces Armées, démobilisée depuis l’année 1995, après la participation de militaires dans de multiples atrocités, dont des coups d’État, sur le territoire national en Haïti.

Plus de 2 mille postulantes et postulants, dont plus de 300 femmes, ont pu s’inscrire, du 17 au 25 juillet 2017, dans le cadre du recrutement de cette nouvelle promotion de soldats, devant faire partie des nouvelles forces armées d’Haïti, selon un bilan partiel.

Beaucoup de citoyenns, prétaendant être d’anciens militaires démobilisés, continuent d’exiger, de leur côté, leur intégration dans la nouvelle structure de Forces Armées, non encore légalement définie.

Lors d’une conférence de presse, le lundi 31 juillet 2017, le directeur général du Ministère de la défense, Louis Marcelin Daniel, avait annoncé le recrutement, à la mi-août 2017, d’anciens militaires, pour la reconstitution des nouvelles Forces Armées en Haïti. [bd emb rc apr 14/11/2017 10:45]