Rendez-vous Culture

Haïti-Histoire : Les droits humains, objet de plusieurs manifestations culturelles à Port-au-Prince


mardi 14 novembre 2017

P-au-P 14 nov, 2017 [AlterPresse] --- Des expositions, projections-débats, conférences, causeries et ateliers sont au menu d’une série d’activités, axées sur la question des droits humains, se déroulant du vendredi 10 novembre au vendredi 22 décembre 2017.

Cette série de manifestations, autour de la problématique des droits humains, est proposée par la Fondasyon konesans ak libète (Fokal) et l’institution Avocats Sans Frontières Canada, avec le soutien d’Affaires Mondiales Canada.

Les expositions, qui tournent autour des luttes pour l’égalité raciale, sexuelle et la liberté, seront accueillies dans différents lieux : la Fokal, dans son atrium, le Centre Culturel Pyepoudre et le Centre Culturel Katherine Dunham.

Du 10 novembre au 22 décembre 2017, il est prévu une exposition autour du thème : « Lutter pour l’Humain, égalités, libertés, justice », afin d’inciter les spectatrices et spectateurs, petits et grands, à la méditation, à la mise en question, à la vigilance, à l’engagement et à la prise de conscience, que la défense des droits humains est l’affaire de toutes et de tous.

Cette exposition sera l’occasion de rendre hommage au journaliste néo-zélandais Bernard Diederich, témoin fondamental des plus importants événements politiques, qui ont marqué l’Amérique centrale et Les Caraïbes des années 1950 aux années 1990.

Tombé amoureux d’Haïti et d’une Haïtienne, devenue sa femme, ce journaliste néozélandais, qui a écrit plus de 50 livres sur les expériences qu’il a vécues, continue, à 90 ans, à écrire sur Haïti et son histoire récente.

Le mardi 21 novembre 2017, ce sera le lancement de l’exposition aux Centres culturels Pyepoudre et Katherine Dunham (Cckd). Celle-ci touche les luttes des femmes pour leurs droits à la citoyenneté plénière et à une véritable reconnaissance de leur dignité humaine, à égalité face aux hommes.

Le mercredi 15 novembre 2017, une conférence de la sociologue féministe haïtienne, Danièle Magloire, abordera la question de la citoyenneté, avec un regard particulier porté sur la citoyenneté des femmes et des filles, de manière générale et dans la société haïtienne.

Le vendredi 17 novembre 2017, une causerie aura lieu avec la réalisatrice et productrice haïtienne Rachèle Magloire, le jeune réalisateur haïtien, également étudiant en sociologie à la Faculté des sciences humaines (Fasch) de l’Université d’Etat d’Haïti (Ueh), Feguenson Hermogène, et la spécialiste américaine en droits humains, Anne Fuller, autour du thème : « Simityè kamoken, un projet documentaire sur la mémoire de la dictature »

Le nom de leur projet de film documentaire Simityè kamoken est inspiré du cimetière à Grand Gosier, dans le département du Sud-Est d’Haïti.

C’est l’une des rares traces physiques d’un massacre, perpétré à Grand Gosier, en 1964, sous François Duvalier, en représailles à une tentative de renversement échoué.

L’objectif du projet est de faire « lumière » et « mémoire » sur l’une des plus massives vagues de répression de la dictature duvaliériste.

Les mercredi 6 et 20 décembre 2017, se tiendront, respectivement, deux conférences autour des thèmes « la littérature des opprimés, des résistances en acte » avec le professeur de philosophie Mehdi E. Chalmers et « entre imaginaire et histoire : une approche matérialiste du poto-mitan en Haïti » avec la professeure d’Université, Sabine Lamour.

Les mardi 5, jeudi 7, mardi 12 et mardi 19 décembre 2017, plusieurs projections de films et de documentaires auront lieu, à Port-au-Prince. [apr 14/11/2017 11:10]