Documents

Haïti : Prendre à bras le corps la question des médias


mercredi 8 novembre 2017

AlterPresse reprend l’allocution, prononcée par Gotson Pierre, coordonnateur du Groupe Médialternatif, le mardi 31 octobre 2017, lors des activités marquant le 16e anniversaire de l’institution. Le discours a précédé le débat, organisé à l’Université Quisqueya autour du thème « Information et opinion dans la construction démocratique en Haïti

Salutations (…)

Partenaires et amis,

Nous vous remercions d’être avec nous, cet après-midi, pour marquer les 16 ans du Groupe Médialternatif. Notre association a été officiellement fondée le 20 octobre 2001. Nous étions 3 à l’époque : Vario Sérant, Ronald Colbert et moi-même. Nous sommes aujourd’hui 10, 20, 50, 100, mille, des milliers en Haïti et à l’étranger.

Cette initiative, au début une gageure, est devenue, au fil du temps, vôtre et ensemble nous cheminons, grâce à des collaborations et partenariats divers, dans la promotion et la défense du droit à la communication.

« Promouvoir et défendre le droit à la communication » est le slogan, qui embrasse notre mission : créer et dynamiser des espaces alternatifs de communication au bénéfice des secteurs sociaux, en vue de favoriser leur participation à un processus de développement humain durable.

C’est dans cette optique que nous entreprenons des activités d’intérêt public et social, et nous fournissons des services à la communauté, aux actrices et acteurs associatifs et institutionnels, en matière de communication et médias.

Comme vous le savez, le GM gère notamment :

  • le réseau alternatif haïtien d’information en ligne AlterPresse,
  • la station en ligne AlterRadio,
  • l’unité de production audiovisuelle Accès-Médias.

Le Groupe Médialternatif anime plusieurs espaces radiophoniques et multimédia d’information, d’échanges et d’éducation.


Groupe Médialternatif

En 16 ans (2001-2017)

  • 22290 articles
  • 250 vidéos
  • 114000 abonnés sur les réseaux sociaux
  • 35 permanents, contractuels-les, bénévoles, contributeurs-trices
  • 16 stages offerts à des étudiantes et étudiants haïtiens et étrangers
  • 200 partenariats en services, projets, prestations


Nous commémorons le 16e anniversaire du Groupe Médialternatif dans un contexte communicationnel, qui n’est pas réjouissant, malgré les énormes opportunités qui sont offertes désormais à nous. On doit malheureusement constater que la politique, l’économique et le social ne se conjuguent pas en faveur de l’épanouissement des libertés, en particulier le droit d’informer, d’être informé et de savoir. Les réflexes du passé ont la vie dure.

Voilà pourquoi, il convient de rappeler l’orientation fondamentale de nos actions, qui s’inscrivent dans le cadre d’une perspective de communication démocratique, d’accès aux médias et d’accroissement de la qualité des produits communicationnels et médiatiques, en regard des besoins de la majorité de la population haïtienne.

A chaque anniversaire, comme de coutume, il est bon de voir le chemin parcouru. Ici, vous le savez, c’est un parcours semé d’embuches.

Durant les 16 dernières années, nous estimons avoir grandement contribué à valoriser certaines sources, qui ne sont pas toujours prises en compte par les médias. Nous avons, sans aucun doute, humblement aidé à enrichir l’agenda thématique des médias avec des sujets, qui, tout en s’écartant d’une certaine routine, inspirent.

Les champs sont multiples : relations haïtiano-dominicaines, développement durable, réflexions militantes, la question de genre, les initiatives culturelles, etc.

Un aspect de notre particularité réside, peut-être, dans le fait que nous sommes à la fois dans la proximité et la distance. Parti-pris citoyen, démocratique et progressiste. Mais en même temps, une vigilance critique, qui défie l’esprit partisan.

Notre agence en ligne AlterPresse est aujourd’hui reconnue comme une source fiable et honnête d´information. C’est un acquis, dont nous sommes fiers et jaloux.

Bien entendu, c’est une quête qui continue, alors que nous avons débuté, il y a 2 ans (le 20 octobre 2015), l’expérience AlterRadio, que nous voulons un pendant d´AlterPresse.

En fait, avec AlterRadio, notre station en ligne, qui n’a pas vocation à le rester, nous travaillons à être un pont entre hier et demain. Assumer l’héritage d’indépendance et d’encrage culturel et social de nos ainés et nous projeter dans l’avenir, avec toutes ses transformations technologiques et ses nouveaux enjeux techno-sociaux.

Du point de vue social, justement, nous sommes dans l’action sociale par la communication multimédia.

Voilà pourquoi, nous avons été présents et nous le serons dans tous les grands moments de plaidoyer de la société civile. Droits des enfants, équité de genre, droits à la citoyenneté, justice, droits associatifs, production nationale, éducation pour toutes et pour tous, travail décent, protection de l’environnement, etc.

Nous avons su et nous continuerons à documenter divers processus, qui renforcent la position des actrices/acteurs de progrès et qui contemplent l’avancement de notre société.

Nous avons mis de nombreux jeunes devant des écrans d’ordinateurs, dans plusieurs quartiers de la capitale, et nous les avons accompagnés, tant bien que mal, dans l’appropriation des nouveaux outils de communication interpersonnelle et collective. Par exemple, notre présence aux côtés des sinistrés du terrible tremblement de terre du mardi 12 janvier 2010, pour les aider à ne pas perdre la connexion, a été cruciale.

Aujourd’hui, plus que les outils, il nous faut l’intelligence. Dans le flot d’informations ou de pseudos informations qui nous submergent, à travers les réseaux sociaux et les médias en général, il nous faut savoir démêler le fil.

D’où l’urgence de l’éducation aux médias, que nous prônons.

Le développement des médias est également un champ, dans lequel notre action est marquée.

Le Groupe Médialternatif s’est donné comme vocation d’initier la jeune génération de journalistes à une pratique critique, responsable et honnête. Même s’il faut sans cesse recommencer, celles et ceux, que nous avons guidés, se retrouvent aujourd’hui dans divers médias du pays.

Mais, ce n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan, car le chemin à parcourir, pour parvenir à des médias capables de répondre aux véritables besoins de la société haïtienne, est long.

La tâche à abattre doit prendre aussi en compte les aspects politique, économique et socio-culturel. Et cette perspective n’engage pas que les journalistes et actrices/acteurs des médias. Toutes les entités de la société ont leur mot à dire.

Voilà pourquoi, nous nous engageons dans un travail, sans fin, de réflexion et de conscientisation, s’agissant des médias.

La question des médias ne doit pas être seulement une question d’intérêt pour les professionnelles et professionnels ! Nous invitons chacune et chacun à prendre, à bras le corps, la question des médias.

Pour notre part, à court et à moyen terme, nous allons travailler à renforcer notre présence médiatique, à accompagner, par la communication, l’interaction entre société civile et pouvoirs locaux, et à systématiser nos interventions en éducation aux médias et aux Technologies de l’information et de la communication (Tic).

Merci