Rendez-vous Culture

Haïti-Musique : Pari gagné pour la chanteuse de jazz haïtienne Sylvie Henry


mardi 7 novembre 2017

Par Gotson Pierre

P-au-P., 06 nov. 2017 [AlterPresse] — La grande chanteuse de jazz haïtienne, Sylvie Henry, vient de faire son entrée sur la scène musicale de Port-au-Prince avec un concert réussi, le vendredi 3 novembre 2017, au Jazzy’s de Pétionville.

Durant plus de 2 heures, Sylvie Henry, accompagnée par le Trio Jazzen du guitariste Claude Carré, a tenu le public en haleine, grâce à un talent remarquable et une forte présence sur scène, a constaté AlterPresse.

Sans interruption, elle a enchaîné des classiques du jazz et des thèmes du vodou, savamment arrangés en jazz.

En communion avec ses musiciens et le public, la chanteuse et musicienne de plus de 20 ans de carrière, s’est laissé découvrir avec plaisir par des amatrices et amateurs qui en redemandaient.

Elle exprime à AlterPresse sa satisfaction de l’interaction dynamique avec les spectatrices et spectateurs.

Elle se réjouit de la performance du Trio Jazzen, avec lequel elle a répété durant seulement une semaine.

L’auteure, compositrice et interprète, en a profité pour signer son nouveau disque intitulé Larenn Solèy (La reine Soleil), constitué d’un bouquet de chansons traditionnelles, reprises en Jazz.

Sylvie Henry, qui s’octroie le titre d’« ouvrière de la musique », vit, depuis près de 30 ans, au Mexique, où elle a étudié la musique et le chant, qu’elle enseigne maintenant depuis de nombreuses années.

Connue dans le monde du jazz au Mexique, elle a fondé, en 1997, le groupe Konbit. Elle se produit régulièrement dans ce pays ainsi que dans d’autres territoires latino-américains et aux États-Unis d’Amérique.

En octobre 2017, elle a eu à réaliser, au Mexique, un spectacle-hommage à la chanteuse Ella Fitzgerald, à l’occasion du centième anniversaire de celle qui était considérée comme la Diva du jazz.

Décédée en 2007, Ella Fitzgerald demeure une des voix les plus emblématiques du Jazz, aux cotés de Sarah Vaughan, Billy Holliday, Nina Simone, etc.

« Je me sens très proche d’Ella », confie Sylvie Henry,lors d’une interview accordée à AlterPresse.

Elle relève des rapports étroits entre la musique traditionnelle haïtienne et le jazz, issus d’un héritage africain commun.

Sylvie Henry souhaite multiplier des rencontres avec le public haïtien et pouvoir développer des expériences avec les musiciens locaux.

Son voeu le plus cher, à court terme, est d’être à l’affiche lors de la prochaine édition du Festival de Jazz de Port-au-Prince, au début de l’année 2018. [gp apr 06/11/2017 15:00]