Rendez-vous Culture

Haïti-Médias : En dépit des acquis, le droit à la communication encore menacé dans le contexte actuel, selon la Saks


samedi 28 octobre 2017

P-au-P, 28 oct. 2017 [AlterPresse] --- La Sosyete animasyon ak kominikasyon sosyal (Saks) estime qu’il est important que les Haïtiennes et Haïtiens restent « vigilants » « surtout dans le contexte actuel, où le droit à la communication se trouve menacé notamment par des velléités prenant la forme de loi ».

La présidente de Saks, Astrude Renard, appelle à continuer le combat pour renforcer les prérogatives, acquises après de longues années de lutte, à l’occasion de la conférence de célébration du 25e anniversaire (octobre 1992-octobre 2017) de l’institution, le 27 octobre, et à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

A l’occasion de ses 25 ans, la Saks recommande aux autorités d’adopter le 26 juillet comme « Journée nationale des médias communautaires » en Haïti.

Le droit à la communication a été, pendant longtemps, en Haïti, la chasse gardée d’un petit groupe de personnes défendant leurs propres intérêts, dénonce-t-elle.

Avec la naissance de Radio Bwa Kayiman, le 26 juillet 1991, première radio communautaire dans le pays (Nord-Ouest), le processus de « démocratisation de la communication, que la Saks supporte depuis 25 ans », aurait vu le jour en Haïti, avance-t-elle.

Aujourd’hui, dans plus de 43 communautés des dix départements géographiques d’Haïti, des paysannes et paysans ont accès à une radio, leur propre outil de communication, leur permettant de s’exprimer librement et de débattre entre eux sur les enjeux locaux, nationaux et internationaux, rapporte le coordonnateur de la Saks, Ary Régis, citant la déclaration conjointe de la Saks et de l’Association des radios communautaires d’Haïti.

Grace à Saks, les paysannes et paysans, au même titre que les citadines et citadins, auraient acquis le droit de s’exprimer », dans leur langue première - le Créole -, sur la société actuelle et de dire dans quel modèle de société ils veulent vivre, affirme le représentant des radios communautaires, Poliner Augustin.

La bataille pour le droit à la communication sociale et populaire constitue un combat pour le renforcement de la démocratie, soutient la Saks.

La lutte a été et sera encore très longue, avec beaucoup de défis et d’obstacles, dit-elle.

Mais « aujourd’hui, après 25 ans d’efforts, ce droit est devenu une réalité ».

Durant le dernier quart de siècle, la contribution de la Saks a été remarquable, reconnaissent les représentants de la plateforme Groupe d’appui aux réfugiés et rapatriés (Garr), du Ministère de la santé publique et de la population (Mspp), de la Commission épiscopale (catholique romaine) Justice et Paix (Jilap) et de la Protection civile, lors de la conférence autour de l’anniversaire de la Saks.

Cette conférence-anniversaire, tenue autour du thème « Saks 25 ans : une référence en matière de communication sociale et populaire en Haïti », vise, entre autres, à réfléchir sur la communication sociale et populaire et sur le développement des radios communautaires ainsi que sur le rôle de l’organisation en faveur desdites radios dans l’appui aux mouvements sociaux et populaires. [rjl emb gp apr 28/10/2017 08:05]