Développement durable

Plusieurs organisations appellent à une véritable politique publique pour réformer l’agriculture paysanne en Haïti


mercredi 11 octobre 2017

Actualisé le 13 octobre 2017

P-au-P, 11 oct. 2017 [AlterPresse] --- Plusieurs organisations souhaitent la mise en place d’une véritable politique publique institutionnelle, pour réformer et renforcer l’agriculture paysanne en Haïti, dans une conférence présentée à la.Plateforme des organisations haïtiennes des droits humains (Pohdh) et à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse, ce mercredi 11 octobre 2017.

Ces organisations haïtiennes encouragent les autorités à contribuer à la transformation du système traditionnel d’agriculture en système agro écologique et à renforcer les lois dans le pays, en ce qui concerne l’alimentation.

Gracita Osias Saint-Louis de la Komisyon fanm tèt kole plaide pour une politique agricole cohérente, susceptible d’aider les paysannes et paysans à sécuriser leurs portions de terre, à protéger l’environnement et à valoriser le métier de l’agriculture.

Une série de mesures économiques doivent être prises en faveur des paysannes et paysans, notamment en termes d’investissements dans l’agriculture familiale, d’accompagnement technique et d’exploitations des terres cultivables, souligne, pour sa part, Rosanie Moise Germain de Veterimed.

Un appui pour la conservation, la transformation et la vente des produits agricoles est nécessaire, estime Veterimed, qui préconise la valorisation de l’agriculture et de celles et de ceux qui la pratiquent.

Faire de l’agriculture un métier à enseigner aux jeunes, insérer dans les écoles un programme d’éducation sur l’agriculture et l’environnement, valoriser les femmes pratiquant l’agriculture, figurent parmi les recommandations de Veterimed.

Il faut lier les travaux agricoles avec la protection de l’environnement, insiste l’ingénieur-agronome Jean Jérôme Charles, de la Plateforme d’agro écologie et de développement durable (Paded).

A côté d’une politique énergétique pertinente, la Paded suggère d’adopter un système agro écologique, capable de favoriser l’autonomie en alimentation chez les paysannes et paysans, le développement de l’élevage, tout en protégeant l’environnement..

Contribuer à la mise en place de cette véritable politique agricole institutionnelle serait la tâche des actrices et acteurs dans le secteur de l’agriculture, comme les transporteurs, les entrepreneures et entrepreneurs, les techniciennes et techniciens agricoles, les artisanes et artisans, les institutions publiques, les institutions de recherche, les écoles, les églises, convie, pour sa part, Fausta Jean-Maurice Baptiste de l’Institut de technologie et d’animation communautaire (Iteca)..

Les dimanche 15, lundi 16 et mardi 17 octobre 2017 marquent, respectivement, la journée nationale des femmes paysannes, la journée mondiale de l’alimentation et la journée mondiale contre la misère. [la emb rc apr 11/10/2017 15:55]