Dépêches

Haïti-RD : 15 motos de chauffeurs haïtiens sur 31 confisquées, toujours entre les mains des autorités dominicaines


mardi 26 septembre 2017

P-au-P, 26 sept. 2017 [AlterPresse] --- Les autorités dominicaines ont confisqué, dans l’après-midi du dimanche 24 septembre 2017, 31 motos des chauffeurs de nationalité haïtienne qui résideraient à Jimani.

15 de ces motos seraient encore sous le contrôle des autorités dominicaines, rapporte la plateforme Groupe d’appui aux rapatriés et réfugiés (Garr), dans une note en date du lundi 25 septembre 2017, transmise à l’agence en ligne AlterPresse.

Le motif de cette opération de saisie n’est pas précisé.

Les chauffeurs, qui indiquent avoir acheté les motos à crédit, devraient travailler quotidiennement pour payer les concessionnaires dominicains.

Tous les 8 jours, chaque chauffeur devrait verser environ mille pesos aux concessionnaires dominicains, font-il savoir.

Se montrant furieux de la confiscation de leurs motos, ces chauffeurs victimes et des supporters ont exprimé leur mécontentement, en lançant des pierres et des bouteilles en direction de Jimani.

Cette situation avait perturbé totalement la circulation. Plusieurs passagères et passagers, qui revenaient de la République Dominicaine, ont été contraints de marcher de Jimani à Malpasse, rapporte la plateforme Garr.

La plateforme Garr exhorte les autorités des deux États à travailler pour éviter la répétition de tels actes, qui, dit-il, tendent à alimenter des tensions au niveau des points frontaliers.

Suite à une rencontre dans la matinée du lundi 25 septembre 2017 entre la cheffe de poste au consulat haïtien à Barahona, Thérèse Longchamp, et des autorités dominicaines, 16 motos avaient été restituées dans l’après-midi.

Tout en saluant la démarche, la plateforme Garr appelle les autorités haïtiennes et dominicaines à poursuivre les pourparlers, en vue de la restitution des 15 autres motos.

Des chauffeurs et commerçants ont manifesté, le mardi 9 mai 2017, au point frontalier de Malpaso (Jimani)/Malpasse, en vue de protester contre l’augmentation « à outrance » des taxes, qui leur sont réclamées par les autorités douanières haïtiennes sur les marchandises importées du territoire voisin. [jd emb gp apr 26/09/2017 11 :00]