Perspectives

Haïti-Politique : Edgard Leblanc Fils de l’Opl prône une concertation « sérieuse » sur la question du budget controversé


samedi 23 septembre 2017

P-au-P, 22 sept. 2017 [AlterPresse] --- L’ancien sénateur et président de l’assemblée nationale, Edgard Leblanc Fils, membre du directoire national de l’Organisation du peuple en lutte (Opl) attire l’attention du gouvernement sur la nécessité d’entamer une concertation « sérieuse » avec les secteurs protestataires autour du budget 2017-2018 controversé.

Le président Jovenel Moïse devait communiquer et se concerter avec les protagonistes avant de prendre la décision de promulguer le budget dans le journal officiel « Le Moniteur », regrette Leblanc, invité à l’émission TiChèzBa, animée par Gotson Pierre et prévue pour être diffusée les samedi 23 et dimanche 24 septembre 2017 sur la station en ligne AlterRadio (samedi : 7:00 am, 3:00 pm ; dimanche : 7:00 am, 1:00 pm, 5:00 pm).

Il souligne que les mobilisations actuelles contre le budget se font également sur fond de protestations contre les mauvaises conditions de vie de la population.

« Quand les mobilisations citoyennes se réalisent dans le but de défendre les intérêts des citoyennes et citoyens, c’est une bonne chose », estime-t-il appelant le gouvernement à créer la confiance chez la population.

Après deux journées de mobilisation, les mercredi 20 et jeudi 21 septembre 2017, plusieurs centaines de manifestantes et manifestants ont encore gagné les rues de la capitale Port-au-Prince, ce vendredi 22 septembre 2017, pour protester contre la promulgation, par l’Exécutif, du budget 2017-2018 controversé.

Une prochaine manifestation anti-budget est prévue, le samedi 23 septembre 2017.

Les syndicats de chauffeurs ont annoncé deux nouvelles journées de grève, du lundi 25 au mardi 26 septembre 2017, en vue de protester contre la promulgation du budget controversé 2017-2018.

Dans la conjoncture politique actuelle, l’écoute et la communication, absentes au niveau du pouvoir, sont extrêmement importantes pour trouver les moyens de faire avancer le pays, avance Leblanc

Jovenel Moïse, très dépendant de la force des parlementaires doit maintenant s’ériger en vrai chef d’État pour donner les grandes orientations du pays, souhaite-t-il.

Un « deal » caché

Il y a une absence de transparence dans le budget au niveau de la rubrique « autres dépenses » d’un montant de plus de 25 milliards de gourdes, soit 17.56%, critique Leblanc soulignant combien ce document masquerait également une sorte de « deal » entre ministres et parlementaires.

Tout en appelant l’État à augmenter davantage sa propre capacité financière et élargir l’assiette fiscale, il l’encourage aussi à continuer à s’inscrire dans une logique lui permettant de réduire son indépendance par rapport à l’aide étrangère.

Le fait que les recettes du nouveau budget national ont atteint 65 % constitue une grande avancée, fait valoir Leblanc, tout en déplorant que les pressions fiscales dans les Caraïbes sont de l’ordre 14 à 20 % alors qu’en Haïti elles sont de 12.5 à 13 %.

L’Opl face à l’administration en place

L’ancien sénateur en profite pour rappeler que des parlementaires de l’Opl avaient voté contre le gouvernement lors de sa déclaration de politique générale et à l’occasion du vote du budget.

Toutefois, Il indique que l’Opl peut difficilement, pour le moment, s’afficher comme un parti d’opposition, se référant, entre autres, à la présence au pouvoir de la ministre à la condition féminine et aux droits des femmes (Eunide Innocent) qui est un membre du parti.

« En toute honnêteté, si nous avons quelqu’un de notre organisation au sein du pouvoir, nous ne pouvons pas dire que nous sommes de l’opposition », reconnait-il.

Il y a une sorte de malaise au sein du parti dû à un dysfonctionnent. Des travaux sont en cours pour aboutir à une plus grande cohésion au sein de l’Opl, en vue d’exprimer une position plus nette et claire, annonce-il.

Les autorités appelées à prendre des mesures pour protéger la population des catastrophes naturelles

L’ancien sénateur Edgar Leblanc Fils a été interrogé à propos des catastrophes naturelles à répétition qui menacent le pays, particulièrement les cyclones et les séismes.

Il a fait part d’une psychose de peur dans les Nippes (Sud-ouest) où il réside, à cause de la multiplication de secousses d’intensité faible et moyenne, qui témoignent d’une activité continue de la faille qui traverse la région.

Après celles du mois d’août 2017, une nouvelle secousse tellurique, de magnitude 3.88 sur l’échelle de Richter, a été enregistrée, dans la soirée du lundi 11 septembre 2017, dans les Nippes.

Déplorant le manque de préparation adéquate face à l’éventualité d’un séisme dans les Nippes, le dirigeant de l’Opl appelle les autorités à prendre des mesures pour protéger la population des phénomènes naturels de plus en plus récurrents dans le pays, dont des cyclones.

Le passage de l’ouragan Maria loin des côtes nord d’Haïti, le jeudi 21 septembre, a quand-même fait 3 morts et causé d’importantes inondations dans les régions du Nord.

L’ouragan Irma, qui est passé au large des côtes d’Haïti, les jeudi 7 et vendredi 8 septembre 2017, avait fait un mort, un disparu et 17 blessés. [emb gp apr 22/09/2017 14:50]

Texte : Emmanuel Marino Bruno