Perspectives

Haïti-Politique : Manifestation soudaine pour dénoncer le pouvoir, après une tentative d’intimidation contre Jean-Charles Moïse


jeudi 14 septembre 2017

P-au-P, 13 sept. 2017 [AlterPresse] --- Des manifestantes et manifestants ont défilé apparemment spontanément, ce mercredi 13 septembre 2017, dans les rues de Port-au-Prince, pour dénoncer le pouvoir, après une tentative d’intimidation contre l’ancien candidat à la présidentielle, Jean-Charles Moïse.

Le dirigeant de la Plateforme Pitit Dessalines (opposition), aurait été victime d’une tentative d’arrestation par des agents de la Police nationale d’Haïti (Pnh), au niveau de Delmas 75 (périphérie nord-est) qui aurait encerclé son véhicule.

Plusieurs partisans et sympathisants de Moïse ainsi que des parlementaires sont venus en renfort pour contrecarrer cette tentative supposée d’arrestation.

C’est à ce moment que la manifestation a été enclenchée contre les agissements du pouvoir.

Les manifestants, qui ont parcouru plusieurs rues de Pétionville (périphérie est), sont descendus vers le centre-ville, aux alentours du palais national en ruine, au Champs de mars, principale place publique de la capitale.

La foule s’est ensuite scindée en deux groupes. Il était question, entre autres, de se diriger vers le parlement haïtien, au bas de la ville.

La tentative supposée d’arrestation de Moïse, à la base de la manifestation, arrive dans un contexte de mobilisations populaires contre le budget 2017-2018 qualifié de « criminel et d’anti-peuple » par plusieurs organisations sociales et politiques.

Moïse est l’un des fers de lance de la mobilisation du 12 septembre 2016 ayant drainé des milliers de protestataires dans les rues contre le budget.

Le dirigeant de Pitit Dessalines a annoncé, ce mercredi, quatre journées de mobilisation, allant du mercredi 20 au samedi 23 septembre 2017, pour continuer de protester contre le budget.

Le calendrier prévoit des manifestations à Pétionville, à Pèlerin 5, devant la résidence privée du président Jovenel Moïse, ainsi que devant le palais national et le parlement haïtien au Bicentenaire.

Plusieurs parlementaires et ex-parlementaires notamment des sénateurs de l’opposition ont également dénoncé le comportement des agents de la Pnh, impliqués dans ce dossier.

L’épisode enregistré ce 13 septembre risque de jeter de l’huile sur le feu, soutient le sénateur du Nord-Ouest, Evalière Beauplan.

Beauplan appelle les citoyens à mettre de côté leurs intérêts personnels pour revendiquer en faveur de la classe défavorisée.

Pour sa part, un ancien sénateur du Nord-Est, Jean-Baptiste Bien-Aimé, met en garde contre une tentative d’intimidation du pouvoir en place pour mettre fin à la mobilisation contre le budget.

Se disant solidaire de l’ex sénateur Jean Charles Moïse, Bien-Aimé appelle la population haïtienne à se mobiliser pour empêcher l’application du budget.

De son côté, le député de Delmas, Gary Bodeau, dit condamner avec « véhémence » la tentative d’arrestation de Moïse.

Dans un tweet, l’ancien premier ministre Evans Paul appelle le gouvernement de Jack Guy Lafontant à éviter toutes « maladresses » susceptibles de compliquer la situation politique qui, dit-il, a déjà dégénéré.

Lundi et mardi ont été deux journées de manifestations dans les rues de Port-au-Prince, pour protester contre le vote, par le parlement, de l’impopulaire budget.

Mardi, la dispersion, à plusieurs reprises, de la mobilisation à l’aide de gaz l’lacrymogène et de tirs nourris de la Pnh, notamment à Delmas a créé de vives tensions dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince.

Plusieurs véhicules ont été incendies et les vitres de plusieurs entreprises ont été cassées.

Le secrétariat d’État à la sécurité publique ainsi que la Pnh condamnent avec « la plus grande rigueur » les actes de « vandalisme », enregistrés lors de la manifestation du 12 septembre 2017.

Le budget contesté, à la base de la mobilisation dans les rues, a été voté par la chambre basse, le samedi 9 septembre 2017, en deuxième lecture, avec 78 voix pour, 5 abstentions et 8 contre.

Ce même document a été également adopté au sénat avec une légère modification, dans la soirée du mercredi 6 septembre 2017, avec 18 voix pour, 2 abstentions et 1 contre. [jd emb gp apr 13/09/2017 16:00]