Dépêches

Haïti-Politique : Plusieurs milliers de protestataires dans les rues contre le budget 2017-2018, dispersés par la police


mardi 12 septembre 2017

P-au-P, 11 sept. 2017 [AlterPresse] --- Plusieurs milliers de protestataires qui manifestaient, le lundi 11 septembre 2017, dans les rues, contre le vote du budget 2017-2018, ont été dispersés par la Police nationale d’Haïti (Pnh), à coups de gaz lacrymogènes, au centre de la capitale, observe l’agence en ligne AlterPresse.

La Pnh a aussi fait usage de tirs nourris pour disperser la foule au Champ de Mars, principale place publique de Port-au-Prince. Ce qui a occasionné un vent de panique dans la zone.

Au moins 4 personnes ont été arrêtées par les forces de l’ordre durant la mobilisation au cours de laquelle des manifestants ont appelé à une « révolution » dans le pays.

Tout au cours du parcours, les manifestants ont dénoncé le vote, au parlement, du projet de budget 2017-2018, d’un montant de 144 milliards de gourdes (Ndlr : US $ 1.00 = 64.00 gourdes ; 1 euro = 81.00 gourdes ; 1 peso dominicain = 1.60 gourde aujourd’hui).

Pour les protestataires, le budget ne tient pas compte des revendications sociales.

Ils exigent des désaffectations en faveur des secteurs prioritaires de la société.

Réunis devant les ruines de l’église (catholique romaine) Saint-Jean Bosco (au centre-ville de Port-au-Prince), les manifestants ont parcouru plusieurs quartiers populaires de l’aire métropolitaine, avant de buter, à deux reprises, sur des tirs nourris des agents de la Pnh, notamment à Delmas 2 et à l’avenue Magloire Ambroise.

Le samedi 9 septembre 2017, la chambre basse a voté le document, en deuxième lecture, avec 78 voix pour, 5 abstentions et 8 contre.

L’Assemblée des sénateurs avait adopté, dans la soirée du mercredi 6 septembre 2017, avec 18 voix pour, 2 abstentions et 1 contre, le projet de budget « controversé » de l’exercice fiscal 2017-2018.

Ce budget, décrié par plusieurs secteurs du pays, devrait être, à présent, publié au journal officiel « Le Moniteur » par l’Exécutif.

À travers ce document, le pouvoir en place veut octroyer tous les avantages à la bourgeoisie, au détriment des masses défavorisées, ont dénoncé plusieurs organisations sociales et de droits humains.

Une nouvelle manifestation est programmée pour ce mardi 12 septembre 2017, d’après ce qui est annoncé. [jep emb gp apr 11/09/2017 15:50]