Développement durable

Séisme dans le Plateau central : 1 blessé, 6 maisons et une école nationale endommagées, selon la Protection civile en Haïti


lundi 4 septembre 2017

Lascahobas (Haïti), 04 sept. 2017 [AlterPresse] --- Une personne blessée, six maisons et une école nationale endommagées : tel est le bilan du tremblement de terre, de magnitude 4.3 sur l’échelle de Richter, survenu le samedi 2 septembre 2017, dans le département du Plateau central, indique un communiqué de la Protection civile, dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

Blessé à Lascahobas lors du tremblement de terre du 2 septembre 2017, un jeune homme, du nom de Robentz Antoine, âgé de 18 ans, a été transporté d’urgence au centre de santé de La Colline.

Une maison à Carrefour Flandé, à l’entrée de la ville de Lascahobas, cinq autres ainsi qu’une école nationale dans la 4e section communale de Sarrazin, à Mirebalais, ont été également endommagées par la secousse.

Trois départements, incluant plusieurs villes du Plateau central, de l’Ouest et de l’Artibonite, ont ressenti la secousse tellurique, enregistrée dans l’après-midi du samedi 2 septembre 2017.

Désormais, aucun département géographique n’est à l’abri de tremblements de terre en Haïti.

Haïti se trouve dans une région sismique active, rappelle la Protection civile.

L’épicentre du tremblement de terre, du samedi 2 septembre 2017, enregistré à 16:14 locales (20:14 gmt) et qui ne se trouve sur aucune faille majeure connue en Haïti, a été localisé à 11 km au sud-ouest de Thomonde et à 13 km au nord-est de Mirebalais (Plateau central), selon les précisions de l’Unité technique de sismologie (Uts) d’Haïti.

Le pays est traversé par un ensemble de failles, dont les deux plus grandes connues sont la faille de la presqu’île du Sud et la faille septentrionale, qui longe la côte Nord d’Haïti.

Invitant les familles et les communautés à se préparer continuellement aux risques sismiques, la Protection civile dit s’engager à continuer à promouvoir les normes de construction parasismiques existantes, auprès des professionnels de la construction, mais aussi des ménages.

Elle entend également renforcer les actions d’éducation et de sensibilisation de la population, les capacités de réponse de ses structures à travers le pays, et contribuer au renforcement du réseau de surveillance sismique.

Il y a nécessité de prendre des dispositions institutionnelles pour continuer « à approfondir les recherches et renforcer les actions de prévention appropriées », a souligné à AlterPresse, après le tremblement de terre du samedi 3 septembre 2017, l’ingénieur-géologue Claude Preptit, directeur général du Bureau des mines et de l’énergie (Bme) et principal responsable de l’Unité technique de sismologie (Uts)..

Le lundi 21 août 2017, l’Unité technique de sismologie a alerté sur une recrudescence des activités sismiques dans les Nippes (une partie du Sud-Ouest d’Haïti).

Près de 46 événements sismiques se sont produits, entre le 3 septembre 2015 et le 20 août 2017, dans les Nippes, particulièrement à Anse-à-Veau.

Deux secousses telluriques, de magnitude comprise entre 2 et 3, ont été ressenties dans la matinée du mercredi 16 août 2017 et dans l’après-midi du dimanche 20 août 2017 à Anse-à-Veau . Une secousse était préalablement enregistrée, toujours à Anse-à-veau, dans la soirée du vendredi 16 juin 2017.

Une secousse, de magnitude 4 sur l’échelle de Richter, survenue dans la soirée du 13 octobre 2015, à Anse-a-Veau, avait créé une grande panique dans la population. Elle avait été ressentie à Petite Rivière de Nippes, à Baconnois et à Arnaud. Le tremblement de tere du 13 octobre 2015 a été localisé à 4 km de profondeur et son épicentre situé à 9 km en mer, au nord de la ville d’Anse-à-Veau. [emb rc apr 04/09/2017 12:55]