Dépêches

Haïti-Économie : Des organisations ouvrières exhortent le sénat à rejeter le projet de budget 2017-2018


lundi 4 septembre 2017

P-au-P, 4 sept 2017 [AlterPresse] --- La Platfòm sendikal izin tekstil-Batay ouvriye / (Plasit-Bo) appelle [1] le sénat à rejeter le projet de la loi de finances 2017-2018, déjà voté à la chambre des députés.

Le gouvernement de Jack Guy Lafontant voudrait exploiter, à travers ce budget de 144 milliards de gourdes, les plus pauvres et les personnes ayant les plus faibles revenus, critique la Plasit-Bo, dans une note transmise à l’agence en ligne AlterPresse.

« Aucun montant n’est alloué pour acheter des bus de transports, subventionner la nourriture dans les parcs industriels et les usines, ainsi que les logements sociaux en faveur des ouvrières et ouvriers, contrairement à ce qu’avait promis le gouvernement », souligne-t-elle.

Plasit-Bo encourage les ouvrières et ouvriers à lutter pour exiger des réaffectations, favorisant la création de plus d’hôpitaux, d’écoles et d’universités, entre autres.

10% des taxes sont réclamées par la Direction générale des impôts (Dgi) pour les Impôts sur le revenu individuel (Iri), 1% pour la Contribution au fonds de gestion et de développement des collectivités territoriales (Cfgdct), 1% pour la Caisse d’assistance sociale (Cas) et 1% pour la Caisse d’urgence (Cu), rappelle-t-elle.

Plasit-Bo souhaite une réduction sur les Iri, collectés par la Dgi sur les ouvrières et ouvriers.

Alors que, chaque année, la population est contrainte de payer plus de taxes et d’impôts, les grandes entreprises continuent, quant à elles, de bénéficier d’exonérations fiscales et douanières, fustige-t-elle.

Elle plaide en faveur d’une réduction de la part du budget, allouée à la présidence et au parlement, entre autres.

Elle demande à l’État de taxer les produits de luxe, notamment ceux ayant un impact néfaste sur la santé des personnes et l’environnement.

Plasit-Bo souhaite également une réduction du montant, consacré à la rubrique "autres interventions", considérée comme une caisse occulte.

17% du budget, soit 25,32 milliards de gourdes, seront alloués à la rubrique « autres interventions », 5% - soit 7,2 milliards de gourdes attribués au parlement - représentant une augmentation de 74%, par rapport au montant accordé aux deux chambres pour l’exercice fiscal 2016-2017.

Plusieurs organisations de droits humains, notamment la Plateforme des organisations haïtiennes des droits humains (Pohdh), ont mis en garde contre une éventuelle ratification de la loi de finances 2017-2018, qui privilégierait les intérêts du pouvoir en place et de la bourgeoisie, au détriment de ceux de la population.

Le sénat doit statuer, ce mardi 5 septembre 2017, sur ce projet de budget, qui a déjà recueilli un vote favorable à la chambre des députés, dans la nuit du mardi 9 au mercredi 10 août 2017.

Le président de la république, Jovenel Moïse, a eu une réunion avec 14 sénateurs, à la fin du mois d’août 2017, pour attirer leur attention sur la nécessité de voter le budget dans les mêmes termes que la Chambre des députés, a rapporté le journal « Le Nouvelliste ». [jd emb gp apr 04/09/2017 12:20]

[1La Platfòm sendikal izin tekstil- Batay ouvriye (Plasit-Bo) regroupe les sendika ouvriye tekstil abiman (Sota-Bo), sendika ouvriye Codevi ak wanament (Sokowa) et sendika ouvriye vanyan nan S&H Global (Sovashg).