Développement durable

Haïti : Plaidoyer en faveur d’une meilleure politique environnementale pour la survie de la Rivière Froide


mardi 22 août 2017

Carrefour (Haïti), 22 août 2017 [AlterPresse] --- L’association Talan ayisyen natif natal (Tann) appelle à une meilleure politique environnementale pour assurer la survie de la Rivière Froide, considérée comme un patrimoine culturel.

Cet appel a été lancé lors d’un atelier, organisé le vendredi 18 août 2017, par Tann, en prélude à la 1re édition du festival « Rivière Froide en Couleurs », déroulé à Carrefour (au sud de la capitale), les samedi 19 et dimanche 20 août 2017, autour du thème « agissons maintenant ».

Plusieurs dizaines d’enfants ont pris part à cet événement culturel, réalisé autour du thème « La rivière, un espace de jeux pour les enfants », a observé l’agence en ligne AlterPresse.

Durant l’atelier, les enfants ont exprimé leurs points de vue sur la Rivière Froide, aujourd’hui délaissée.

Ils en ont profité pour critiquer le comportement des riveraines et riverains, qui défèquent dans la rivière et qui y jettent également des ordures de toutes sortes.

Située dans la 11e section communale de la commune de Carrefour, la Rivière Froide offre le décor d’un espace mal exploité.

Des canaux, encombrés de détritus, longent la rivière, où des personnes s’y baignent, alors que d’autres, dont des femmes et enfants, y font la lessive.

Des constructions en béton, dont des latrines, sont érigées à quelques mètres de la rivière, où des camions viennent s’approvisionner en sable et pierres.

L’animateur de l’atelier, Théophilo Jarbath, préconise la mise en oeuvre d’une politique environnementale et écologique, à travers l’adoption d’une législation et de stratégies pouvant contribuer à de meilleures pratiques.

Les actions humaines sur la rivière ont des conséquences sur l’urbanisation, la pêche, l’élevage et l’environnement, indique-t-il, tout en déplorant une éco-disparition de l’eau de la Rivière Froide.

Faire une écologie de la rivière nécessite l’éveil d’une conscience individuelle. Les enfants doivent être notamment ciblés, souligne-t-il.

Pour promouvoir une autre Haïti et une autre Rivière Froide, il faut penser aux enfants d’aujourd’hui, qui deviendront les grandes personnes de demain, soutient le président de l’association Tann, Jean Bertrand Décejour, lors de l’atelier du vendredi 18 août 2017.

Cet atelier, organisé dans le cadre du festival « Rivière Froide en Couleurs », avait pour objectif de pousser les enfants à adopter un comportement plus responsable face à la rivière.

Une des ambitions des organisateurs était de sensibiliser les habitantes et habitants de la zone sur l’importance de la Rivière Froide et les risques qu’elle encourt, dans la perspective d’éviter un processus de dépérissement définitif de ce « patrimoine naturel ».

Quoi qu’il en soit, sur les hauteurs de Rivière Froide, sont observés des résultats probants, avec différentes autres interventions, en éducation et environnement (entre autres), conduites, depuis des dizaines d’années, par des religieuses et religieux (de l’église catholique romaine en Haïti). Ces religieuses et religieux n’étaient pas associés à la tenue du festival « Rivière Froide en Couleurs ».

Comme partout ailleurs, en Haïti, la plupart des services publics sont quasiment absents dans la zone de Rivière Froide. Il y a beaucoup d’écoles privées ainsi que des églises de différentes confessions. Les habitantes et habitants, le long de la route de Rivière Froide, s’organisent eux-mêmes pour établir des espaces de marchés publics. Des véhicules tap tap (camionnettes) et des motos-taxis assurent le transport des habitantes et habitants, le long de la route de Rivière Froide...[bd emb rc apr 21/08/2017 11:50]