Perspectives

Haïti : Kayla dénonce des brutalités policières contre des habitants de Canaan

La mairie de Croix-des-Bouquets indique être en train d’aménager des espaces au service de la population de Canaan
mercredi 23 août 2017

P-au-P, 22 août 2017 [AlterPresse] --- L’organisation Konbit ayisyen pou lojman altènatif (Kayla) dénonce les brutalités de plusieurs dizaines de policiers, sur des habitantes et habitants de Canaan (nord de la capitale), dans la soirée du vendredi 18 au samedi 19 août 2017, dans une note en date du dimanche 21 août 2017, transmise à l’agence en ligne AlterPresse,

Des policiers auraient tiré et lancé des gaz lacrymogènes pour empêcher une mobilisation de la population de Canaan, qui s’opposait à la destruction, par les autorités municipales de Croix-des-Bouquets, du bâtiment appelé « Gravelle », considéré comme l’unique bien de la zone, condamne Kayla.

« Face à la brutalité policière, des habitants ont réagi par des jets de pierres, pour se défendre. La police a procédé à l’arrestation de deux passants, selon les dires de la population. La justice, la police ainsi que l’administration publique de Croix-des-Bouquets sont à la solde du maire titulaire Rony Colin », rapporte Kayla.

Ces mobilisations ont été organisées par les dirigeants de la Coordination pour le développement des 15 blocs à Canaan (Kod 15) et l’Aksyon tèt ansanm pou konstwi Kanaan (Atakk) , en vue d’empêcher la mairie de Croix-des-Bouquets de démolir l’un des édifices importants de la zone, appelé Gravelle.

Toutes les démarches, effectuées auprès de la mairie de Croix-des-Bouquets et de la Police nationale d’Haïti (Pnh), pour éviter cette opération de démolissement de l’édifice cité se sont révélées vaines, fait savoir Kayla.

Ce local avait abrité, depuis des années, une compagnie, qui préparait du sable et du gravier, destinés à la vente.

Cet édifice est un patrimoine. Il pourrait servir aux rassemblements des habitantes et habitants dans la zone, être approprié à des spectacles culturels,voire être aménagé en un centre professionnel, font valoir les dirigeants de Kod-15 et Atakk.

La mairie est la première autorité, ayant la responsabilité de mettre sur pied ces activités au service de la population, avancent-ils.

Kayla demande à la population, aux groupes, institutions et organisations de se solidariser avec la population de Canaan, dans la lutte contre des délinquants du pouvoir.

Position de la mairie de Croix-des-Bouquets

« La mairie de la commune de Croix-des-Bouquets a démoli un hall, limitrophe à Gravelle, pour pouvoir utiliser l’espace et établir des tentes pour les marchandes et marchands, au marché nouvellement construit à Morne à Cabris », confirme à l’agence en ligne AlterPresse, le coordonnateur des annexes de la mairie de Croix-des-Bouquets, Robens Robert Pierre.

« La mairie de la Croix-des-Bouquets n’a pas utilisé le hall pour le service personnel des membres du conseil municipal, mais plutôt pour desservir la population, notamment les marchandes et marchands. Ayant été déclarés d’utilité publique, les quartiers Canaan, Onaville et Tirobu deviennent, du coup, la propriété de l’État », souligne Robert Pierre.

Les techniciens de la mairie ainsi que les agents de l’Unité départementale de maintien d’ordre (Udmo) auraient essuyé des jets de pierres, de la part de protestataires à Canaan, lors de l’opération de démolition.

La police nationale aurait été contrainte de faire usage de projectiles en caoutchouc pour disperser la foule.

Une seule personne aurait été arrêtée, après avoir menacé d’(une arme à feu une autre personne, dit-il.

Une école nationale devrait être construite dans le local, qui abritait « Gravelle », alors qu’une bibliothèque et un terrain de basket-ball devraient également être implantés à l’endroit, où était placé le hall. [bd emb rc apr 21/08/2017 15:40]