Développement durable

19 août 2017, journée mondiale de l’aide humanitaire, proclamée en 2008 par l’Onu

Ocha déplore « un contexte humanitaire fragile » en Haïti


lundi 21 août 2017

P-au-P, 21 août 2017 [AlterPresse] --- La branche en Haïti du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (Office for the coordination of humanitarian affairs / Ocha), un département du secrétariat de l’Organisation des Nations unies (Onu), souligne « un contexte humanitaire fragile » en Haïti, qui fait encore face « à une convergence de besoins humanitaires importants », à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de l’aide humanitaire, le 19 août 2017.

Dans un communiqué de presse, transmis à l’agence en ligne AlterPresse, Ocha-Haïti évoque une persistance des besoins humanitaires en Haïti, dans un contexte, dit-il, de diminution du financement.

« Une réponse coordonnée et concertée demeure essentielle, pour sauver les vies humaines et maintenir la résilience des populations les plus vulnérables », estime
le chef intérimaire d’Ocha en Haïti, Vedaste Kalima.

Les conditions de vies des Haïtiennes et Haïtiens, déjà vulnérables, notamment dans le Grand Sud, ont été aggravées par le passage du cyclone Matthew, les lundi 3 et mardi 4 octobre 2016.

Environ 1,4 million de personnes demeurent encore en grand besoin d’assistance humanitaire ou de relèvement dans le Grand Sud d’Haïti.

L’insécurité alimentaire aigue sévère touche 2,35 millions de personnes dans les dix départements du pays, alors que 37,967 personnes déplacées internes continuent de vivre dans des camps, érigés après le tremblement de terre de 2010.

Par ailleurs, les cas de déportation ou de retour volontaire des migrantes et migrants haïtiens continuent d’être enregistrés sur la zone frontalière avec la République Dominicaine.

215,121 Haïtiennes et Haïtiens sont retournés ou déportés de la République Dominicaine, y compris 3,776 enfants présumés non accompagnés ou séparés de leurs familles, entre juin 2015 et juillet 2017, selon les chiffres avancés dans les rapports de l’Organisation internationale pour les migrations (Oim).

Il y a une insuffisance des structures d’accueil et d’accompagnement des rapatriés sur la zone frontalière, du côté haïtien.

« Le sous-financement de l’action humanitaire, en Haïti, limite la capacité des actrices et acteurs humanitaires à apporter des réponses, plus efficaces et appropriées aux besoins les plus critiques des personnes les plus vulnérables », indique le communiqué d’Ocha-Haïti.

Le gouvernement haïtien est invité, par la communauté humanitaire, à engager un fort plaidoyer auprès des bailleurs de fonds, pour qu’ils continuent de financer le Plan de réponse humanitaire (Hrp), afin de préserver les vies des populations les plus vulnérables, de renforcer la résilience des communautés, affectées par la convergence des crises humanitaires et faciliter leur relèvement.

La journée mondiale de l’aide humanitaire est célébrée, cette année 2017, autour du thème : « Haïti, main dans la main pour résoudre les questions humanitaires ».

Créée en 2008 par l’assemblée générale des Nations unies, cette journée vise à sensibiliser l’opinion publique à l’assistance humanitaire et aux femmes et hommes qui risquent leurs vies pour l’apporter. [emb rc apr 21/08/2017 13:45]